plinien et vulcanien

Géologie
bruno130683
Messages : 37
Enregistré le : 02 févr. 2009, 11:48
Lieu de travail ou de résidence : Toulouse

plinien et vulcanien

Messagepar bruno130683 » 10 mars 2009, 12:21

Bonjour,

Je reviens sur votre ouvrage " Volcanologie".

Vous présentez la classification des volcans suivant le pôle solide, liquide et gazeux. On y trouve les strombiens, les hawaiens, les vulcaniens et les doméens.

Ensuite, vous présentez dans un graphique: fragmentation en fonction de la dispersion où vous introduisez un autre terme: Plinien et les autres mots qui lui sont associés.

J'ai un peu de mal à mettre ces deux schémas en relation: le plinien est-il un sous type du vulcanien?

Merci pour votre réponse,

bruno LAVIGNE

JM Bardintzeff
Messages : 24
Enregistré le : 20 févr. 2009, 10:03
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: plinien et vulcanien

Messagepar JM Bardintzeff » 11 mars 2009, 10:46

Cher Bruno,
Dans mon livre « Volcanologie » (1ère édition, Masson, 1991 ; 3e édition, Dunod, 2006), je ne pense pas présenter la classification selon les trois pôles solide - liquide - gaz ; je présente en page 114 (3e édition) la classification F (fragmentation) / D (dispersion).
Par contre dans mon livre, plus simple, « Volcans » (Armand Colin, 1993), je présentais effectivement ces deux classifications sur la même page (p 38).
La classification triangulaire solide - liquide - gaz a été proposée par B. Gèze en 1964 : je la trouve toujours intéressante et pédagogique, par exemple pour les classes de Collège. La difficulté concerne le type péléen : celui-ci se caractérise par la succession nuée ardente explosive - dôme effusif (soit le même magma visqueux mais dégazé). La phase « nuée ardente » devrait être placée près du pôle gaz et la phase « dôme » placée près du pôle « solide » (d’où ton terme de « doméen » peut utilisé aujourd’hui).
La classification F/ D de Walker (1973) est plus complexe à présenter à des élèves (plutôt sous forme de TD). Les paramètres, chiffrés, permettent de comparer des éruptions entre elles, actuelles ou anciennes, puisque basés sur les dépôts. Cette classification ne concerne que les éruptions explosives à retombées (donc les nuées ardentes sont exclues car leur dispersion dépend trop de leur caractère dirigé). Les coulées de lave (type hawaiien), à dispersion et fragmentation quasi nulles, sont reportées uniquement à titre comparatif. Deux nouveaux types apparaissent sur le diagramme de Walker :
*plinien : éruption explosive cataclysmale, libérant des colonnes de 15 à 50 km de haut. Exemple de celle du Vésuve en 79 apr. J.-C., observée par Pline l’Ancien et Pline le Jeune (d’où le nom de plinien) ;
*surtseyen : hydrovolcanisme, contact explosif eau - magma, défini en référence à Surtsey, Islande, 1963 (fragmentation très élevée pour une dispersion moyenne).
Ces deux termes, décrivant des éruptions explosives et riches en gaz, doivent figurer près du pôle « gaz » de la classification triangulaire au même titre que « vulcanien ». Dans ce pôle se côtoient alors : vulcanien, plinien, surtseyen, péléen pro parte.
Attention, on parle bien de type d’éruption et non pas de type de volcan, car un même volcan peut faire différents types d’éruptions (Etna, Vésuve, etc.).
C’est aussi le rôle du professeur de SVT de montrer que toute classification (en biologie animale ou végétale, géologie) est synthétique et pédagogique mais forcément réductrice et incomplète.
Amitiés géologiques. Jacques-Marie


Retourner vers « J.M. BARDINTZEFF (2009) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités