Discontinuités internes dans le contexte géodynamique.

Géologie
Patrick
Messages : 10
Enregistré le : 06 janv. 2009, 12:07
Lieu de travail ou de résidence : Rouen

Discontinuités internes dans le contexte géodynamique.

Messagepar Patrick » 21 févr. 2009, 15:18

M Bardintzeff
En géologie, une discontinuité désigne une séparation entre différentes couches.
Pourriez-vous préciser comment il est possible de définir une discontinuité interne dans un contexte de géodynamique.
Je vous remercie.

Patrick vallée - Professeur de SVT.

JM Bardintzeff
Messages : 24
Enregistré le : 20 févr. 2009, 10:03
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: Discontinuités internes dans le contexte géodynamique.

Messagepar JM Bardintzeff » 03 mars 2009, 07:59

Cher Patrick Vallée,
Effectivement une discontinuité se voit (plus ou moins) sur le terrain : c’est la base du travail du géologue qui élabore une carte.
En profondeur, la discontinuité n’est pas vue mais déduite de mesures et/ou d’enregistrements (sismiques le plus souvent).
Le cas le plus simple est celui d’une discontinuité lithologique (exemple du Moho entre croûte et manteau), qui se traduit très bien par des réponses différentes (vitesses de la propagation des ondes sismiques).
En sismique réflexion, différents réflecteurs sont mis en évidence, traduisant des discontinuités en profondeur de lithologie, de densité, d’induration, de porosité, de teneur en fluides, etc.

Dans le cas de la discontinuité lithosphère - asthénosphère, le problème se complique car il n’y a pas de discontinuité lithologique : la roche est quasi la même (péridotite) de part et d’autre. Entre les deux, la discontinuité est plutôt une zone d’une certaine épaisseur (la LVZ).
Ainsi une lithosphère peut être définie de plusieurs façons :
- Définition mécanique : comportement rigide de la lithosphère vs. comportement élastique de l’asthénosphère.
- Définition thermique : régime de conduction dans la lithosphère vs. convection dans l’asthénosphère ; la limite lithosphère - asthénosphère correspond à l’isotherme 1200 degrés.
Le sujet d’écrit du CAPES externe SVT de 2003 demandait une réflexion dans ce sens.

Bien amicalement. Jacques-Marie Bardintzeff.


Retourner vers « J.M. BARDINTZEFF (2009) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité