La Recherche et les gènes homéotiques...

Gènes homéotiques
marie-claude segui
Messages : 11751
Enregistré le : 24 juin 2008, 06:53
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Toulouse
Contact :

La Recherche et les gènes homéotiques...

Messagepar marie-claude segui » 20 déc. 2008, 08:00

Bonjour,

Certainement une des dernières questions sur ce sujet très pointu...

Que cherche-t-on actuellement à savoir sur ces gènes?
Quelles sont les questions d'actualité en matière de développement embryonnaire?

Merci encore...

Jean Deutsch
Messages : 12
Enregistré le : 09 oct. 2008, 12:37
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: La Recherche et les gènes homéotiques...

Messagepar Jean Deutsch » 12 janv. 2009, 10:58

LES RECHERCHES ACTUELLES SUR LES GENES HOX.
Comme toujours en science, même si les recherches des deux dernières décennies ont apporté beaucoup, il reste beaucoup à chercher pour mieux comprendre : une découverte en appelle d’autres, car elle pose de nouvelles questions.
Dans le domaine des gènes Hox, sans que cela représente une liste exhaustive, je tracerais quatre grands axes dans les recherches actuelles :
1- L’intégration des facteurs de transcription, que sont les protéines Hox, avec les voies de signalisation et de communication cellulaire. Lors de la construction d’un organe, une coopération entre ces deux systèmes est en effet nécessaire. L’accent a été porté jusqu’à présent sur le rôle des facteurs de transcription, et les voies de signalisation ont été surtout étudiées à l’intérieur de chaque cellule. L’intégration des deux systèmes est l’une des pistes de recherches.
2- Les protéines Hox présentent un domaine conservé, l’homéodomaine et un autre court domaine, appelé l’hexapeptide, qui joue un rôle dans la spécificité d’interaction des protéines Hox avec d’autres protéines et avec l’ADN. Si on considère l’ensemble des protéines Hox, elles sont très variables par ailleurs. Mais on peut mettre en évidence des domaines conservés dans des sous-familles de protéines Hox, et rechercher leur fonction.
3- Les gènes Hox, du fait de leur expression régionalisée, inscrivent une « identité » différentielle le long de l’axe antéro-postérieur chez les animaux bilatériens. Une caractéristique importante de cette propriété est qu’elle se maintient au cours du développement et de la vie des organismes même après que les facteurs de transcription qui déclenchent l’expression des gènes Hox ne sont plus présents. Il y a donc un maintien de l’expression des gènes Hox (activation dans tel domaine, répression dans tel autre). Ce maintien est sous la dépendance de protéines qui interviennent dans la structure de la chromatine des chromosomes. On retrouve ces mêmes protéines (ou plutôt des protéines homologues) aussi bien chez la drosophile que chez les mammifères. Ces processus de « mémoire cellulaire » sous la dépendance de la structure de la chromatine sont activement étudiés.
4- Jusqu’à une date récente, on s’est intéressé presque uniquement aux « gènes » Hox en eux-mêmes, c’est-à-dire aux unités de transcription transcrites et traduites. Or, on avait mis en évidence chez la drosophile dans les complexes Hox un certain nombre de transcrits non traduits en protéines. Certains de ces transcrits correspondent à des micro-ARNs (mi-RNAs) qui interviennent dans la régulation des gènes Hox. Le rôle des ARNs non-codants dans la régulation des gènes est un des domaines très actifs de recherches actuels.

LES QUESTIONS D'ACTUALITE EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT EMBRYONNAIRE.
Le domaine est extrêmement vaste. En plus de celles soulevées ci-dessus, dont certaines s’appliquent au delà des gènes Hox, je citerai deux questions :
1- L’intégration de la biologie cellulaire et de la biologie du développement. En particulier, comment la régulation du cycle cellulaire (en phases de synthèse d’ADN, Mitose, phases G1 et G2) est coordonnée avec l’organogenèse et la différenciation cellulaire.
2- Les cellules souches embryonnaires. Une cellule souche est une cellule qui se divise par division « asymétrique » en donnant deux cellules qui ne sont pas équivalentes : l’une des cellules-filles est une cellule-souche, ce qui permet de maintenir le stock, et l’autre est une cellule différenciée.


Retourner vers « J. DEUTSCH (2008) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités