Gènes homéotiques et hétérochronies

Gènes homéotiques
alice
Messages : 58
Enregistré le : 11 juil. 2008, 16:19
Lieu de travail ou de résidence : academie de toulouse

Gènes homéotiques et hétérochronies

Messagepar alice » 26 nov. 2008, 17:23

Bonjour,

"Les gènes homéotiques imposent une chronologie précise des évènements qui se succèdent au cours du développement...
Un changement dans l'expression d'un de ces gènes peut suffire à modifier la chronologie et donc la morphologie de l'adulte..." J. Chaline et D. Marchand La Recherche n°316 1999.

De telles mutations entraînent alors des hétérochronies (vitesse ou durée du développement modifiées).
Une hypothèse sur le passage de l'ancêtre commun homme-chimpanzé à l'Homme, serait une mutation sur un tel gène, qui expliquerait l'allongement de la vie embryonnaire chez l'Homme et du coup un cerveau avec plus de cellules nerveuses, un basculement du trou occipital qui n'aurait plus lieu...

Sait-on actuellement plus de choses sur cette hypothèse?

Merci pour vos réponses.

Jean Deutsch
Messages : 12
Enregistré le : 09 oct. 2008, 12:37
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: Gènes homéotiques et hétérochronies

Messagepar Jean Deutsch » 30 nov. 2008, 14:55

L’idée d’une hétérochronie dans le développement de l’espèce humaine par rapport à ses cousins les plus proches, les grands primates comme le gorille, le chimpanzé, le bonobo, est bien établie. Elle a été présentée notamment par Stephen J. Gould dans son livre « La mal-mesure de l’homme » (Ed : Odile Jacob).
D’autre part, il est possible, bien que je n’ai pas d’exemple probant qui me vienne à l’esprit, qu’un changement dans la régulation des gènes Hox conduise à une hétérochronie.
Toutefois, je ne crois pas qu’un événement de ce type puisse expliquer la néoténie chez l’espèce humaine, ceci pour deux raisons :
La première est que la néoténie de l’espèce humaine, y compris le développement du cerveau, est principalement due à un allongement de la durée du développement post-embryonnaire, de la naissance à la puberté, et non pas à une différence de développement embryonnaire : les nouveau-nés du chimpanzé et de l’homme se ressemblent plus que les adultes de ces deux espèces.
La seconde est due aux gènes Hox eux-mêmes. Les différences que vous soulignez portent sur la morphologie et le développement du crâne (y compris la face) et du cerveau. Or le domaine d’action des gènes Hox ne concerne que très partiellement ces régions du corps : ce domaine s’étend principalement sur le tronc au sens large. Au niveau du système nerveux central, seul le cerveau postérieur (rhombencéphale) est sous la dépendance des gènes Hox. La formation de la boîte crânienne est sous la dépendance des arcs branchiaux et des cellules des crêtes neurales associées. Les gènes Hox ne contrôlent que la formation des vertèbres cervicales, y compris l’axis et l’atlas qui permettent les mouvements de la tête.


Retourner vers « J. DEUTSCH (2008) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité