gènes métastases

Gènes homéotiques
Gomba
Messages : 1
Enregistré le : 04 nov. 2008, 16:37
Lieu de travail ou de résidence : Ile de France

gènes métastases

Messagepar Gomba » 04 nov. 2008, 17:23

Bonjour,
J'ai lu des avis controversés quant aux différences entre les gènes d'une cellule saine et d'une cellule cancéreuse.
Sur quels points la communauté scientifique est-elle d'accord aujourd'hui à ce sujet ?
Merci de prendre le temps de répondre.

Jean Deutsch
Messages : 12
Enregistré le : 09 oct. 2008, 12:37
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: gènes métastases

Messagepar Jean Deutsch » 22 déc. 2008, 18:15

Tout d’abord, je vous prie de recevoir mes excuses pour le retard mis à vous répondre. Comme je ne suis pas un spécialiste du cancer, j’ai préféré prendre les conseils de ma collègue Michelle Debatisse, Professeur de Génétique à l’Université P et M Curie (Paris 6).
Il ne semble pas qu’il y ait de grandes controverses sur ce sujet parmi les chercheurs, mais bien plutôt une grande diversité de cancers, ce qui fait que les réponses peuvent être différentes suivant les types de cancer (il est d’ailleurs difficile de définir un « type » de cancer).
La question en contient en fait deux différentes :
1- Quelles sont les différences DANS LE GENOME (le contenu en gènes) entre des cellules somatiques saines et des cellules cancéreuses ?
2- Quelles sont les différences DANS L’EXPRESSION DES GENES entre des cellules somatiques saines et des cellules cancéreuses ?
Pour la première question : il y a souvent, mais pas toujours, des différences entre les gènes présents dans une cellule saine et ceux présents dans une cellule cancéreuse. En effet, dans les cellules cancéreuses, des chromosomes peuvent être perdus, d’autres multipliés : les cellules sont alors ANEUPLOÏDES. Des chromosomes peuvent être cassés et/ou remaniés : on a alors des TRANSLOCATIONS, une partie d’un chromosome s’est « recollée » à un autre chromosome. Dans certains cas, sans que le chromosome entier se soit multiplié, c’est une région d’un chromosome qui s’est multipliée : on parle alors D’AMPLIFICATION GENIQUE. Tous ces accidents vont changer le contenu en gènes de la cellule cancéreuse. Ils peuvent être la cause, par exemple après exposition à des radiations, ou la conséquence du cancer.
Pour la seconde question : le cancer peut être dû à un changement dans l’expression de certains gènes, qu’il y ait ou non de grands changements génomiques, visibles au niveau chromosomique. Un très grand nombre de gènes peuvent conduire à des cancers lorsque leur niveau d’expression est affecté. Lorsque la protéine déterminée par le gène en question est produite en excès lors du cancer, le gène est dit « ONCOGENE », c’est à dire « producteur de tumeurs ». Lorsque c’est le défaut d’expression du gène qui est en cause dans le cancer, on parle de gène « SUPPRESSEUR DE TUMEUR ». Très souvent, les uns et les autres sont des gènes impliqués dans le contrôle du cycle cellulaire : les signaux qui règlent le passage des phases de mitose, de réplication de l’ADN, et entre ces phases, les phases intermédiaires appelées G1 et G2. Le cancer est en effet avant tout une multiplication anarchique des cellules et on comprend bien que lorsque le mécanisme du cycle cellulaire est déréglé, un cancer puisse survenir. Toutefois, le dérèglement peut affecter bien d’autres gènes, par exemple les gènes qui déterminent la différenciation cellulaire, les gènes qui déterminent les propriétés d’adhésion des cellules à la matrice extra-cellulaire, et du coup, la structure des tissus et la mobilité des cellules. Le processus de métastase est lié à des phénomènes de ce genre. Enfin, l’expression des gènes en ARN n’est pas le seul facteur. Pour la cellule, ce qui compte, c’est la protéine active. Le contrôle de la traduction des ARN messagers en protéine est donc important. De même, les modifications post-traductionnelles des protéines, par exemple par phosphorylation de certains acides aminés de la protéine, sont cruciales pour leur fonction. Le cancer peut survenir par altération de l’un quelconque de ces processus, à quelque niveau que ce soit. On voit donc que les causes génétiques (au niveau cellulaire) DES cancers peuvent être très variées, ce qui complique évidemment beaucoup la recherche de traitements efficaces et surtout adaptés à un cancer particulier.
Enfin, pour terminer, l’effet sur le génome et l’effet sur l’expression des gènes ne sont pas indépendants : des cassures chromosomiques et des translocations peuvent affecter l’expression de gènes importants et entraîner le cancer. À l’inverse, une modification de l’expression d’un gène affectant le contrôle du cycle cellulaire peut à terme provoquer des mitoses aberrantes qui conduiront à des modifications chromosomiques.


Retourner vers « J. DEUTSCH (2008) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité