realisation d'un caryotype de gamète

Biologie cellulaire
keplac
Messages : 1
Enregistré le : 29 août 2008, 15:20
Lieu de travail ou de résidence : laval

realisation d'un caryotype de gamète

Messagepar keplac » 31 août 2008, 20:45

Sur la suggestion de Marie-Claude Segui, je vous pose ma question :
on dit aux élèves que l'on réalise des caryotypes sur des cellules en division, mon problème est alors de leur expliquer comment on peut obtenir des caryotypes de gamètes ...Je suppose qu'il existe des substances capables de provoquer la condensation des chromosomes mais je n'ai rien trouvé là-dessus.
Si vous pouviez éclairer un peu ma lanterne, je vous en serais reconnaissante...
Merci d'avance.

-YB-
Messages : 390
Enregistré le : 20 août 2008, 20:12
Lieu de travail ou de résidence : Créteil
Contact :

Re: realisation d'un caryotype de gamète

Messagepar -YB- » 02 sept. 2008, 21:14

Cet article de 2008 sur "l'intérêt de la cytogénétique des gamètes humains : résultats et perspectives" (en français, mais malheureusement inaccessible) résume bien la situation... on y trouve en particulier des images de caryotype. Il souligne par ailleurs l'intérêt diagnostique de l'utilisation des globules polaires. Peut-être les auteurs sont-ils disposés, si on leur demande gentiment, à faire parvenir un pdf aux collègues TRES intéressés...

Pour les ovocytes, réaliser un caryotype ne pose pas trop de problèmes... puisqu'ils sont accessibles en métaphase II lors de l'ovulation. Le problème est donc de récupérer les cellules (une autre solution est de faire maturer in vitro des ovocytes I ponctionnés). L'article précédent souligne toutefois "l'aspect très particulier des chromosomes dû à leur important degré de condensation"... (voir cet article des mêmes auteurs, en anglais mais accessible, pour une illustration mais sur des caryotypes anormaux). Des techniques analogues au "chromosome painting" ont été développées pour identifier plus sûrement ces chromosomes (un exemple ici).
Pour ceux qui sont intéressés, un résumé en francais de l'historique de l'étude des caryotypes ovocytaires est fait dans ce papier mais avec les mêmes restrictions (et donc la même remarque...) que précédemment.

Pour les gamètes mâles, l'obtention des cellules ne pose pas de problèmes, mais obtenir le caryotype est un peu plus compliqué puisque ces cellules ne se divisent pas...
La solution adoptée consiste à réaliser une "fécondation" qui permettant d'activer les spz jusqu'à un point suffisant pour que leurs chromosomes soient étudiables directement (le résumé de l'article initial - Rudak & al (1978) Direct analysis of the chromosome constitution of human spermatozoa. Nature 274: 911-913 - est accessible ici). En fait, les techniques développées utilisent essentiellement l'injection de spz dans des ovocytes, ce qui induit la formation de pronuclei utilisables pour réaliser des caryotypes (on bloque la première division). Les injections sont réalisées de façon hétérospécifique : pour les spz humains, des ovocytes de hamster ou de souris ont été utilisés. Une revue contenant des photos sur la mise en place des pronuclei est disponible ici.
Plus récemment, on a utilisé des ovocytes énuclées, ce qui permet d'éviter toute ambiguïté sur l'origine des chromosomes. Un exemple illustré ici.

Tous ces caryotypes montrent bien-entendu des chromosomes à deux chromatides...


Retourner vers « Y. BASSAGLIA (2008) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité