Microbiote et alimentation

Microbiologie, bactériologie
FUSINV
Messages : 1
Enregistré le : 18 juin 2012, 14:22
Lieu de travail ou de résidence : Rouen

Microbiote et alimentation

Messagepar FUSINV » 19 mars 2017, 19:34

Bonjour,
2 ou 3 questions
1) La répartition des espèces du microbiote est différente chez les personnes non-obèses/obèses
Mais qui est la cause? qui est la conséquence? Est-ce l'alimentation qui modifie le microbiote? ou est-ce un microbiote différent qui favorise l'obésité?
2) Existe-t-il des études sur l'impact des additifs alimentaires, conservateurs notamment, sur le microbiote?
3) Faut-il faire un lien entre les 2 questions précédentes...., lien additifs/microbiote/obésité.
Merci pour vos réponses.

P.Lapaquette
Messages : 3
Enregistré le : 01 mars 2017, 09:34
Lieu de travail ou de résidence : Université de Bourgogne

Re: Microbiote et alimentation

Messagepar P.Lapaquette » 10 avr. 2017, 23:27

Bonjour,

je vous prie déjà de m'excuser pour ma réponse tardive, voici quelques éléments par rapport vos interrogations:

1) La répartition des espèces du microbiote est différente chez les personnes non-obèses/obèses
Mais qui est la cause? qui est la conséquence? Est-ce l'alimentation qui modifie le microbiote? ou est-ce un microbiote différent qui favorise l'obésité?


Il a effectivement était observé chez les personnes obèses une dysbiose du microbiote intestinal avec en particulier une baisse de la diversité bactérienne et une répartition des espèces présentes différente. Votre question s'applique à énormément de situations pathologiques chez l'Homme (cancer, maladies inflammatoires chroniques intestinales, diabètes, etc...) pour lesquelles on a observé une dysbiose du microbiote intestinal chez les personnes atteintes de ces pathologies. Est-ce une cause ou une conséquence, il n'est pas forcément simple, voir quasi impossible, d'y répondre chez l'Homme. Dans le cadre de l'obésité, des études semblent montrées que le microbiote peut être à l'origine d'une prise de poids excessive. En particulier, le microbiote intestinal de personnes obèses et celui de personnes minces ont été transplantés à des souris axéniques (sans microbiote), et le résultat a été que les souris recevant le microbiote de personnes obèses ont tendance à prendre beaucoup plus de poids et créer plus de tissus adipeux que les souris recevant le microbiote de personnes minces, à alimentation équivalente (travaux de Jeffrey Gordon, USA). Cela suggère que juste d'implanter un microbiote différent peut suffire à favoriser la prise de poids, et ceci serait du au fait que le microbiote intestinal issu de personnes obèses a une capacité accrue à extraire l'énergie des aliments consommés. La dysbiose du microbiote pourrait donc être une cause de l'obésité. A noter que des expériences de transplantations fécales chez la souris ont aussi permis de montrer que des microbiotes issus de personnes minces pouvaient être protecteur et limiter l apparition d'état d'obésité chez des souris, suggérant que des espèces bactériennes pourraient être protectrices de l'obésité.
Toutefois il est vrai aussi que notre alimentation peut profondément affecter notre microbiote. En effet, l'ensemble des espèces microbiennes le constituant se nourrissent en partie des aliments que nous consommons, il va donc avoir en fonction de la nature (et de la quantité ) des aliments consommés des espèces microbiennes qui vont être favorisées, ou au contraire contre sélectionnées. Ainsi il a pu être montré que différents paramètres de notre alimentation tels que la teneur en fibres, la proportion de sucres simples (glucose, fructose, saccharose, etc...), de graisses, ont un impact important sur la composition du microbiote intestinal (qui va s'adapter à cette nourriture).
En résumé, il existe chez l'Homme des interactions fortes et à double sens entre le microbiote intestinal, l'alimentation et l'état d'obésité, ce qui fait qu'il est très difficile de dire si une dysbiose du microbiote est à l'origine de l'obésité, ou si ce sont les habitudes alimentaires qui façonnent le microbiote intestinal et peut contribuer dans une certaine mesure à favoriser l'obésité. Il y a en tout cas énormément de recherches sur le sujet afin d'éventuellement développer des thérapies visant à agir sur le microbiote intestinal pour favoriser la perte de poids chez les personnes obèses.

2) Existe-t-il des études sur l'impact des additifs alimentaires, conservateurs notamment, sur le microbiote?

C'est encore une fois une question très complexe à répondre chez l'Homme. En effet, comme pour notre patrimoine génétique, nous avons tous des microbiotes qui peuvent être différents d'un individu à un autre. Partant de là, il est compliqué d'identifier des changements du microbiote en réponse à un facteur particulier puisque de très nombreux facteurs (alimentation, hygiène de vie, génétique, etc...) vont affecter le microbiote d'un individu à un autre. Des études chez la souris ont permis de montrer que des émulsifiants présents dans notre alimentation (carboxymethylcellulose, polysorbate-80) peuvent créer une légère inflammation dans l'intestin qui conduit à une dysbiose du microbiote intestinal et ainsi favoriser l'apparition de syndrome métabolique / obésité. En se basant sur cette étude, on peut imaginer que n'importe quel additif alimentaire qui va perturber le milieu intestinal peut avoir un impact profond sur le microbiote intestinal. Concernant les conservateurs, ce sont à la base des anti microbiens, il est donc probable qu'ils aient un impact sur le microbiote intestinal, mais à ma connaissance il n'existe pas d'études à ce jour ayant testé à grande échelle l'effet de ces conservateurs sur la stabilité du microbiote intestinal chez l'Homme.


3) Faut-il faire un lien entre les 2 questions précédentes...., lien additifs/microbiote/obésité.


Oui par exemple dans le cas des émulsifiants (carboxymethylcellulose, polysorbate-80) chez la souris, ils créent une inflammation conduisant à une dysbiose du microbiote qui, en association avec l'inflammation, va favoriser l'apparition de symptômes d'obésité. Une autre étude s'est intéressée également à l'administration chronique de doses très faibles d'antibiotiques chez des souris jeunes. Ces doses très faibles perturbent le microbiote de ces souris qui deviennent plus sensibles à la prise de poids lors d'une alimentation riche. En conclusion, il est possible d'imaginer que chez l'Homme une consommation chronique d'un additif perturbant le microbiote intestinal, peut modifier les fonctions de ce microbiote intestinal et conduire à des désordres métaboliques (obésité, diabète), toutefois c'est quelque chose qui n'est pas encore prouvé scientifiquement et qui peut être dur à prouver puisque de très nombreux facteurs interviennent dans la modulation du microbiote intestinal.


Retourner vers « Pierre Lapaquette - 2017 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité