Rhyolite et andésite

Dynamique des chaînes de montagnes
Foucault
Messages : 3
Enregistré le : 04 nov. 2008, 15:37
Lieu de travail ou de résidence : Angers

Rhyolite et andésite

Messagepar Foucault » 23 janv. 2017, 11:53

Bonjour,
Dans les schémas bilan concernant le magmatisme des roches de subduction, on voit souvent cohabiter Rhyolite et Andésite .
Quelles sont les régions du monde où cette cohabitation est évidente et comment expliquer simplement à nos élèves de terminales une telle proximité avec une chimie du magma différente?
Merci par avance pour votre éclairage .
JF

G.Mahéo
Messages : 3
Enregistré le : 09 janv. 2017, 17:51
Lieu de travail ou de résidence : Université Lyon I

Re: Rhyolite et andésite

Messagepar G.Mahéo » 08 févr. 2017, 10:01

Dans le magmatisme calco-alcalin, comme par exemple dans les Andes, le volcanisme est généralement de type andésitique. Cependant des laves rhyolitiques s'observent parfois (éruptions historiques reconnues au Chili et en Alaska par exemple).
Une andésite et une rhyolite diffèrent principalement par leur teneur en silice. Environs 50 à 60 % en poids de roche de SiO2 pour une andésite contre plus de 70 % pour une rhyolite.
Andésite et rhyolite peuvent cependant être issues de la même source. En particulier, dans les zones de subduction le magma primitif d'origine mantellique est plutôt de type andésitique mais sa composition peut être modifiée avant d'arriver à la surface en particulier par cristallisation fractionnée ou contamination crustale. Pendant la cristallisation fractionnée la formation de minéraux silicatés induit, entre autres, une augmentation de la teneur en SiO2 du magma résiduel. Ainsi à partir d'un magma initial andésitique il est possible d'aboutir à un magma rhyolitique. L'autre processus (plus courant) permettant d'obtenir un magma rhyolitique à partir d'un magma andésitique est la contamination crustale. Dans le cas d'une marge active comme les Andes les magmas doivent traverser 40 à 60 km de croûte continentale avant d'atteindre éventuellement la surface. Pendant ce trajet il peut incorporer et faire fondre une partie de cette croûte. La croûte continentale étant globalement plus riche en SiO2 que les magmas andésitiques il en résulte une augmentation de la teneur en SiO2 du magma initial.
Pour différentier les deux origines des rhyolites il faut regarder leur composition isotopique, en particulier le rapport 87Sr/86Sr qui est beaucoup plus élevé dans la croûte continentale (>0,71) que dans les magmas d'origine mantellique (<0,71).
A noter que le volcanisme rhyolitique le plus abondant est plutôt tholéiitique ou alcalin et s'observe en contexte de points chauds continentaux, de rifting ou lors du magmatisme tardi-orogénique. La participation de magmas d'origines crustaux est généralement nécessaire à leur formation.


Retourner vers « Gweltaz Mahéo - 2017 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité