Où intégrer les QSV dans nos cours?

naia
Messages : 775
Enregistré le : 13 sept. 2009, 18:37
Lieu de travail ou de résidence : Savoie; Charlotte Tessanne
Contact :

Où intégrer les QSV dans nos cours?

Messagepar naia » 21 nov. 2015, 10:59

Bonjour,
Je me pose la question (et donc je vous la pose!) de la pertinence d'entrer dans une partie de cours par une QSV ou au contraire de terminer par une QSV.
Entrer par une QSV, c'est un bon moyen de donner du sens aux sciences à l’école ( souvent déconnecté des sciences qui les intéressent à l’extérieur de l’école) et de les "accrocher" au sujet d'étude mais aussi de faire un "diagnostic" de leur connaissances/ représentations/... sur le sujet mais cela aboutit souvent à une ambiance "café du commerce" assez stérile.
Introduire les QSV à la fin du cours permet d'avoir une réflexion plus avisé et éclairé de la part des élève et une meilleure compréhension des enjeux mais quel dommage d'avoir vraiment suscité leur intérêt qu'à la fin de notre chapitre ( et ils voudraient alors en savoir plus et aller plus loin dans la réflexion mais hop! on change de sujet- programme oblige....).
Il est parfois possible de faire les deux mais rarement au vue du temps nécessaire à cela; ce qui m'impose un choix à faire-début ou fin- qui ne me satisfait jamais.
Au final, seul l'AP (accompagnement personnalisé), où il est possible de prendre le temps de construire de nombreuses séances autour d'une qsv, me donne vraiment la souplesse de traiter ces QSV de manière pertinente et du coup me donne satisfaction.
Bref, je serai intéressée d'avoir vos réflexions sur ce sujet et vos avis sur la manière d’intégrer ces QSV au mieux dans nos pratiques de classe.
Un grand merci d'avance puisqu'il n'est pas possible de vous répondre après!

urgelli
Messages : 3
Enregistré le : 05 oct. 2015, 08:55
Lieu de travail ou de résidence : Université de Lyon

Re: Où intégrer les QSV dans nos cours?

Messagepar urgelli » 06 déc. 2015, 14:18

Les questions socialement vives (QSV) peuvent être une façon de contextualiser les savoirs scientifiques enseignés pour leur donner du sens. Il se trouve que c'est souvent cette option que l'on retrouve dans les manuels scolaires de SVT, avec l'ouverture aux QSV en fin de chapitre, après une tentative d'accroche en introduction, et au collège, en fin de troisième, dans la partie Responsabilité de l'Homme en matière de santé et d'environnement.
Il est vrai que l'entrée par des QSV possède des vertus didactiques, notamment en terme de mobilisation des élèves sur le thème choisi. Mais elle repose souvent sur le postulat qu'il faut avoir au préalable assimilé des connaissances scientifiques pour pouvoir argumenter et débattre sur une QSV. Mais le tropisme ou le « repli » disciplinaire présente alors le risque de refroidir les QSV et de diminuer leur potentiel didactique centré sur la question des choix de société et donc de la formation à la citoyenneté.

Si la maîtrise de connaissances scientifiques semble donc nécessaire, elle n'est pas suffisante pour s'engager dans le traitement des QSV. En effet, les QSV sont des objets d'enseignements en soi ! En plus de mobiliser des savoirs pluriels (et bien souvent des incertitudes !), elles mettent en jeu des connaissances relatives à la manière dont sont élaborés, diffusés et « utilisés » les savoirs (nature des sciences, leur place en société, expertises, médiatisation et socio-épistémologie au sens large). Elles nécessitent aussi des compétences permettant la clarification et l'argumentation d'une opinion personnelle, des compétences d'ordre politique dans le sens d'une formation à la rationalité critique.

Enfin, concernant la contrainte de temps, il est effectivement vrai que seuls des espaces d'enseignement particuliers permettent d'entrer dans le traitement de ces questions. Ces espaces existent pour les enseignants de SVT (Accompagnement personnalisé, option sciences) et les programmes et organisation du travail évoluent pour permettre leur développement. Ainsi, au collège, dès la rentrée prochaine, 20% du temps d'enseignement sera dédié aux travaux pluridisciplinaires sur des sujets laissés à la discrétion des équipes d'enseignants. Pourquoi pas des QSV sur des questions de santé, de biodiversité, d'environnement et de développement durable !

Grégoire Molinatti et Benoit Urgelli.

Pour aller plus loin :

- Odile Chenevez (2005). L’actualité du monde et la classe. Cahiers pédagogiques n°434. En ligne : http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?page=numero&id_article=1647

- Élisabeth Bussienne et Michel Tozzi (2009). Questions sensibles et sujets tabous. Cahiers pédagogiques n°477. En ligne : http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?page=numero&id_article=6542

- Orane Bischoff (2010). L'éducation au développement durable : comment faire ? Cahiers pédagogiques n°478. En ligne : http://www.cahiers-pedagogiques.com/No478-L-education-au-developpement-durable-comment-faire


Retourner vers « Benoit Urgelli et Grégoire Molinatti - 2015 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité