Instabilité actuelle

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Instabilité actuelle

Messagepar Frederic Labaune » 25 mars 2015, 18:44

Bonjour.

Il me semble avoir dans je ne sais plus quel media qu'actuellement, le pôle Nord magnétique avait la bougeotte (fortement) et que ça pourrait être signe d'une inversion imminente.
Qu'en est-il réellement ?
Combien de temps ce phénomène peut-il prendre ?
Quels risques réels pour la biosphère ? pour l'Homme et son hyperdépendence à la technologie ?

Merci pour vos réponses et votre participation au forum.
Fred SVT inside

Henri-Claude NATAF
Messages : 6
Enregistré le : 02 févr. 2015, 10:47

Re: Instabilité actuelle

Messagepar Henri-Claude NATAF » 04 avr. 2015, 10:45

Merci pour votre message. On a effectivement vu un peu d'agitation dans les media à propos d'une vitesse rapide de dérive du pôle magnétique dans l'Arctique.

Il faut distinguer deux définitions :
- le pôle magnétique défini comme les points à la surface de la Terre où le vecteur champ magnétique est vertical. Il doit y avoir au moins 2 points de ce type (l'un au Nord, l'autre au Sud), mais il peut y en avoir bien davantage car le champ magnétique n'est pas strictement le champ d'un dipole.
- le pôle magnétique défini comme la trace en surface de l'axe du dipole qui rend le mieux compte des mesures en surface. Il n'y a que 2 pôles (l'un au Nord, l'autre Sud) avec cette définition.

Quand on prend la première définition, des dérives rapides sont tout à fait possibles (et observées), car un petit changement du champ peut facilement déplacer fortement le lieu du pôle. Une analogie : si vous avez 2 sommets de montagne éloignés de 100km et qui ont respectivement 2000m et 2001m d'altitude, si l'érosion enlève 1,05m au second sommet, la position du plus haut sommet dérive de 100km...

La deuxième définition rend mieux compte de la dynamique globale dans le noyau. On observe que l'intensité du dipole ainsi défini a décru d'environ 10% depuis 400 ans (depuis qu'on a des mesures d'observatoire suffisamment précises). Cependant, l'intensité présente reste au-dessus de la moyenne enregistrée dans les roches depuis la dernière inversion, il y a 786 000 ans. L'archéomagnétisme nous apprend que l'intensité du dipole a fluctué en + en - durant les derniers 4 000 ans.

La première définition est celle qui montre des dérives rapides dans l'Acrtique.

Le champ magnétique de la Terre est-il proche de s'inverser ? Et quelles conséquences cela aurait-il pour l'humanité ?

Le champ magnétique s'inverse assez fréquemment, souvent plusieurs fois par million d'années. La dernière inversion datant de 786 000 ans, une inversion prochaine est donc statistiquement tout à fait probable. On sait que l'intensité du dipole décroit d'un facteur 10 (environ) lors d'une inversion. La décroissance de 10% observée depuis 400 ans est-elle le signe précurseur d'une inversion ? On ne sait pas, car des fluctuations de cet ordre se produisent également entre deux inversions.

Combien de temps dure une inversion ? On pense que c'est de l'ordre du millénaire, mais des travaux récents suggèrent un temps beaucoup plus court, de l'ordre du siècle (Sagnotti et al, Extremely rapid directional change during Matuyama-Brunhes geomagnetic polarity reversal, Geophys. J. Int. (2014) 199, 1110–1124). A confirmer...

Quelles conséquences pour l'humanité et la vie sur Terre ? Le champ magnétique s'est inversé des centaines de fois depuis l'origine de la vie sans conséquence notable. Diverses lignées de l'espèce humaine ont également "vu" s'inverser le champ magnétique de la Terre sans en souffrir.

L'humanité actuelle, très dépendante de son environnement electromagnétique serait davantage affectée (mais également plus apte à réagir ?). Le champ magnétique de la Terre détourne de notre atmosphère les particules chargées du vent solaire. Ces particules peuvent endommager des circuits électroniques, induire des courants électriques dans les réseaux électriques ou dans les longues canalisations métalliques (pipelines par exemple), et nuire à la santé. Lors d'éruptions solaires particulièrement puissantes, de tels effets sont effectivement observés. De même, il est déconseillé de voler trop longtemps dans la haute atmopshère vers les poles, où les particules du vent solaire pénètrent (créant les magnifiques aurores boréales).

Lors d'une inversion, la géométrie du champ devient plus compliquée, avec des pôles en plusieurs endroits à la surface, et donc des lieux d'entrée des particules du vent solaire + nombreuses et pas seulement aux poles.

en espérant que ces quelques explications vous seront utiles.
cordialement,


Retourner vers « HC. NATAF (2015) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité