fusion de la péridotite hydratée

Modérateur : Christian NICOLLET

magaliB
Messages : 1
Enregistré le : 26 oct. 2008, 12:15
Lieu de travail ou de résidence : Montauban

fusion de la péridotite hydratée

Messagepar magaliB » 20 févr. 2014, 16:00

Bonjour,
Concernant le programme de TS, on doit expliquer aux élèves comment la déshydratation de la lithosphère océanique en subduction favorise l'hydratation de la péridotite sus-jacente qui peut alors atteindre le solidus hydraté et permettre la fusion partielle de celle-ci et ainsi former de nouvelles roches de la croûte continentale. Seulement je ne trouve pas le lien entre l'un et l'autre dans la mesure où la déshydration se réalise à de faibles profondeurs (avant 50 km de profondeur) alors que le solidus hydraté de la péridotite n'est atteint, au mieux qu'à 80 km de profondeur.
Donc soit mes sources ne sont pas exactes, soit il me manque un bout de l'histoire.
Merci de votre aide
Magali BERGUE

Christian NICOLLET
Messages : 20
Enregistré le : 31 déc. 2013, 16:13

Re: fusion de la péridotite hydratée

Messagepar Christian NICOLLET » 21 févr. 2014, 13:09

Vos sources ne sont pas fausses et le bout de l histoire qu il vous manque n est pas encore totalement clarifié.
Les roches de la lithosphère océanique (LO) se déshydrate assez rapidement, à des profondeurs faibles (entre 10 et 20 km) lorsque les minéraux de basses T des roches hydratées de la partie superficielle de la croute sont remplacés (passage faciès zeolite – pump-prehnite au faciès schistes bleus). Dans les conditions du faciès schistes bleus, la déshydration est faible et ne devient importante qu’au passage au faciès éclogite, vers 50 km de profondeur. Il faut donc admettre que le coin mantellique hydraté est lui-même entrainé en profondeur pour atteindre les 100 km, profondeur à laquelle celui-ci fond. Pour expliquer cet enfouissement, on suppose que le coin mantellique convecte.
Image
Que ce coin mantellique serpentinisé, donc déformable soit entrainé par la LO plongeante n est pas déraisonnable. Le problème est qu il faut laisser remonter entre les 2 les portions d éclogites (et de roches de Ultra H P comme les roches à coésite de Dora Maira) que l on trouve à la surface, dans les Alpes par ex .
Pour expliquer cette exhumation, on a proposé l existence d un « chenal serpentineux » entre le coin mantellique et la LO plongeante. Ce chenal entrainerait (principalement par gravité) avec lui vers la surface des portions de LO éclogitisées.
Ceci fait une superposition assez complexe : LO plongeante surmontée du chenal serpentineux montant, sous le coin mantellique convectant vers le bas ! Mais peut etre n existe-t-il pas partout cette triple superposition. Ainsi dans les Alpes où a été proposé ce modèle de chenal serpentineux, il n y a pas de magmatisme associé à la subduction…


Retourner vers « C. NICOLLET (2014) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité