paragneiss, orthogneiss

Modérateur : Christian NICOLLET

jeansamuel
Messages : 2
Enregistré le : 23 janv. 2012, 23:18
Lieu de travail ou de résidence : Dourdan

paragneiss, orthogneiss

Messagepar jeansamuel » 12 janv. 2014, 10:33

un petit bonjour en cette nouvelle année cristalline,

un gisement de gneiss montre une alternance remarquable de lits de "minéraux blancs" ou de "minéraux blancs" liée à la mobilisation métamorphique des éléments chimique présents dans le protolithe : comment se construit cette alternance litée ? comment s'interpréter l'aspect "rythmé " d'un échantillon, d'un gisement ?

En attente de mieux comprendre !

Christian NICOLLET
Messages : 20
Enregistré le : 31 déc. 2013, 16:13

Re: paragneiss, orthogneiss

Messagepar Christian NICOLLET » 13 janv. 2014, 18:50

Commençons par la définition des mots utilisés en titre : paragneiss et orthogneiss qui signifient respectivement d'origine paradérivée, càd sédimentaire et orthodérivée, d'origine magmatique. Ce mot "orthogneiss" est presque exclusivement utilisé pour des roches magmatiques acides que sont les granites, déformés (et métamorphisés). Au cours de la déformation ductile, le granite acquiert une schistosité (ou foliation), surface d'aplatissement de la matière qui oriente les minéraux et en particulier les micas. Dans ce cas là, il n y a pas d'alternance remarquable mais juste une orientation des mnx.
Dans le cas d'un paragneiss, la meilleure solution pour obtenir une roche avec cette fameuse alternance remarquable est sans aucun doute un litage préexistant, d'origine sédimentaire, telle que la classique alternance grèso-pélitique des flyschs, caractéristique d'une sédimentation détritique. Les niveaux grèseux, riches en quartz, donnent les niveaux clairs et les niveaux pélitiques, donnent les niveaux riches en minéraux FeMg (dont le mica).

Et je garde le meilleur pour la fin : les gneiss migmatiques, qui se forment par fusion partielle des roches métamorphiques.
Image
Le leucosome représente la partie fondue de la roche ; le mélanosome, le résidu de cette fusion partielle. Ce dernier est souvent en péripherie du leucosome. Le mésosome représente le protolite, càd la roche initiale : en fait la roche fondue partiellement mais dans laquelle le magma (leucosome) n'est pas (encore) séparé du restite (mélanosome). Lorsque ce magma migre et coalesce, il forme alors les niveaux leucosomes.
La photo ci-dessous illustre bien les 3 parties d une migmatite.
Image


Retourner vers « C. NICOLLET (2014) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité