origine du magma des zones de subduction

Jusqu'au 22 octobre...
florimont
Messages : 1
Enregistré le : 05 oct. 2013, 20:47
Lieu de travail ou de résidence : Dieppe
Contact :

origine du magma des zones de subduction

Messagepar florimont » 06 oct. 2013, 10:54

Bonjour,

j'aimerais avoir des compléments d'informations sur l'origine des magmas dans les zones de subduction.

Dans certains livres de terminale S, c'est le manteau asthénosphérique qui est à l'origine du magma des zones de subduction!
Dans d'autres livres il s'agit du manteau lithosphérique!
Qu'en est-il exactement?

Dans le coin mantellique des zones de subduction, doit-on toujours considérer que l'isotherme 1300°C marque la limite lithosphère asthénosphère, ou bien se base t-on seulement sur la viscosité?

D'avance merci pour votre réponse.
J. FLORIMONT

JM Bardintzeff
Messages : 24
Enregistré le : 20 févr. 2009, 10:03
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: origine du magma des zones de subduction

Messagepar JM Bardintzeff » 08 oct. 2013, 09:05

Bonjour,
En fait les deux types de manteau (lithosphérique et asthénosphérique) peuvent intervenir.
La fusion partielle se produit à une profondeur d’environ 100 km, au voisinage de la LVZ, près de la limite des deux manteaux. Cela dépend donc aussi de l’épaisseur de la plaque chevauchante.
Dans mon livre « Volcanologie, Dunod », sur les schémas simplifiés de subduction, j’ai placé la zone de fusion partielle au niveau de la limite des deux manteaux mais plutôt côté manteau lithosphérique. Juteau et Maury dans « La croûte océanique, Vuibert » présentent le cas de la subduction de l’arc de la Sonde au niveau de Java : la fusion partielle est située du côté manteau asthénosphérique.
Cette fusion est facilitée par les fluides libérés de la plaque plongeante.
Signalons aussi deux types assez exceptionnels de roches intermédiaires (60 % +/- 10 % SiO2) en contexte de subduction :
*Les boninites (îles Bonin et Mariannes) résultent de la fusion très partielle d’un manteau appauvri hydraté. Ces roches sont donc très magnésiennes.
*Les adakites (île Adak, Aléoutiennes, bien décrites aussi au mont Saint Helens), proviennent uniquement de la fusion partielle d’une croûte océanique plongeante jeune et encore chaude. Elles ont une composition de dacite.

Si plaque chevauchante est de nature continentale (cas des Andes), la croûte continentale elle aussi peut fondre partiellement. On parle d’anatexie, à l’origine d’ignimbrites rhyolitiques dans les Andes.

Si on s’en tient à la définition thermique de la lithosphère, l’isotherme 1300 °C constitue une limite satisfaisante dans la zone de subduction. Bien amicalement. JM


Retourner vers « JM BARDINTZEFF (2013) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité