L'autoroute de l'enfer

Jusqu'au 22 octobre...
cooluber-TGarrigues
Messages : 6099
Enregistré le : 01 avr. 2009, 19:46
Lieu de travail ou de résidence : Verneuil sur Seine (78)
Contact :

L'autoroute de l'enfer

Messagepar cooluber-TGarrigues » 04 oct. 2013, 01:00

Bonjour,

J'ai lu dans le dernier La Recherche (octobre 2013) un résumé d'article délivré par l'intermédiaire d'une interview (! :shock: ) sur la présence d'une autoroute de l'enfer sous certains volcans, notamment au Costa Rica. Le magma remonterait rapidement, en quelques mois, du manteau à la croûte. Cette hypothèse est argumentée par la composition chimique des olivines qui possèdent un cœur riche en nickel.

Ces caractéristiques sont-elles visibles en lame mince par une différence de teinte de polarisation?
Plus généralement, peut-on déterminer la vitesse de remontée d'un magma par l'analyse d'une lame mince?
Par exemple par la taille des cristaux qui serait proportionnelle à une certaine vitesse (plus ou moins précise) de refroidissement; je pense au TP fonte / cristallisation de la vanilline...

Merci.

PS: La géol n'est pas ma spécialité... :mrgreen:
Schooltoujours!

JM Bardintzeff
Messages : 24
Enregistré le : 20 févr. 2009, 10:03
Lieu de travail ou de résidence : Paris

Re: L'autoroute de l'enfer

Messagepar JM Bardintzeff » 04 oct. 2013, 20:05

Voici ce que j’écrivais dans la première édition de mon livre « Volcanologie » (Masson, 1991), repris dans les éditions suivantes (4e édition, Dunod, 2011) :
« Dans certains cas assez rares de volcanismes fissuraux, aucun obstacle ne semble s’opposer à une montée directe du magma du manteau à la surface, qu’il peut atteindre sans subir de modifications majeures. Les magmas, émis successivement par le même volcan, ont alors un chimisme très proche l’un de l’autre. Certains édifices volcaniques (Devès, Etna) sont ainsi connus pour l’uniformité de leurs laves. Le volcanisme fissural du Devès semblerait témoigner de l’absence de chambre magmatique profonde. Dans le cas de l’Etna, plus complexe, l’existence d’une telle chambre n’est pas exclue mais le magma n’y resterait que durant un laps de temps très court. »
Les teneurs en NiO des olivines restent très faibles (0,1 à 0,5 %). Donc leur analyse demande des moyens sophistiqués (microsonde électronique). Impossible à voir au microscope.
Je ne connais pas de travaux scientifiques énonçant une relation précise entre la taille des cristaux et la vitesse de montée des magmas. Remarquons que les phénocristaux se forment dans la chambre magmatique.
Par contre, en lame mince, les zonages de phénocristaux sont parfois bien visibles (plagioclases essentiellement, pyroxènes). Ils témoignent d’un séjour plus ou moins long dans une chambre magmatique avec des variations de paramètres thermodynamiques. Dans les plagioclases, on observe en général un cœur plus calcique (lié à une forte pression d’eau = PH2O) pour une périphérie plus sodique (PH2O plus faible) mais on connaît aussi des zonages oscillatoires résultant de conditions bien changeantes.


Retourner vers « JM BARDINTZEFF (2013) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité