Elimination des clones auto-réactifs

Nos questions en immunologie en janvier et février
MANUEL
Messages : 2
Enregistré le : 26 août 2009, 15:24
Lieu de travail ou de résidence : LA BOISSE (01)

Elimination des clones auto-réactifs

Messagepar MANUEL » 05 janv. 2013, 16:36

Bonjour,
merci de votre présence sur le forum qui permet d'apporter des réponses à des questions que l'on se pose parfois depuis des années!
Existe t'il des virus qui touchent un individu pendant sa vie embryonnaire, contaminent par exemple des cellules du thymus, dont les peptides viraux seraient donc exposés comme "des protéines intrinsèques sur le CMH1." ?
Lors la reconnaissance des clones auto-réactifs, les lymphocytes capables de reconnaitre ses propres cellules infectées par ce virus seraient donc éliminés ?
Donc est ce que l'individu à partir de sa naissance n'aurait plus aucune défense contre le virus contracté pendant la grossesse?
merci d'avance

Eric ESPINOSA
Messages : 82
Enregistré le : 05 janv. 2009, 19:21

Re: Elimination des clones auto-réactifs

Messagepar Eric ESPINOSA » 07 janv. 2013, 13:48

Bonjour,
Oui il existe des virus mais aussi des bactéries ou parasites qui affectent le fœtus ex :
CMV, HSV, Erythrovirus (Parvovirus) B19, Rubella, Hepatitis B virus, HIV, VZV, Treponema pallidum, Toxoplasma gondii.
Ces pathogènes sont transmis de la mère à l’enfant principalement via le sang. Il s’en suit souvent des conséquences grave pour le fœtus, malformations, retard mental ect.
Votre remarque sur la tolérance au virus est fondée et expérimentalement chez la souris on peut induire un état de tolérance au LCMV (virus murin donnant une infection qui ressemble un peu à celle de l’hépatite B chez l’homme) si injecté chez le fœtus. Dans ce cas le système immunitaire de la souris tolère le virus, non pas par délétion des clones antiviraux mais par inhibition de leur activation. cela suppose que le virus produise suffisamment d’antigènes pour qu’ils soient considérés comme du soi lors de la mise en place du SI et/ou qu’il infecte les cellules thymiques ce qui n’est en général pas le cas. D’autres mécanismes sont peut-être impliqués mais non clairement élucidés.
Chez l’homme on a observé chez l‘enfant des infections persistances à CMV, rubéole, HBV suite à une infection in intero ou périnatale. Les mécanismes sont mal connus


Retourner vers « E. ESPINOSA (2013) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité