adjuvants des vaccins

Trois médecins (projet e-bug) à notre écoute pendant 2 mois!
Erika Follien
Messages : 2948
Enregistré le : 21 août 2008, 10:04
Lieu de travail ou de résidence : Annonay (07)

adjuvants des vaccins

Messagepar Erika Follien » 01 déc. 2012, 06:01

Bonjour,
dans la partie "immunité" des nouveaux programmes de TS, nous sommes amenés à signifier aux élèves que :
BO spécial n°8 du 13 octobre 2011 a écrit : l'adjuvant du vaccin déclenche la réaction innée indispensable à l'installation de la réaction adaptative [...] un peu comme la réaction inflammatoire prépare la réaction adaptative naturelle.

A-t-on une idée du mode d'action de ces adjuvants ? Un vaccin sans adjuvant est-il efficace ?
Enfin, connaissant la polémique liée aux sels d'aluminium, quelle(s) information(s) pertinente(s) peut-on fournir aux élèves ?

En vous remerciant d'avance pour votre participation au forum.

Dr Pia TOUBOUL
Messages : 9
Enregistré le : 27 août 2012, 13:11

Re: adjuvants des vaccins

Messagepar Dr Pia TOUBOUL » 06 déc. 2012, 16:22

Bonjour,
dans la partie "immunité" des nouveaux programmes de TS, nous sommes amenés à signifier aux élèves que :
BO spécial n°8 du 13 octobre 2011 a écrit: l'adjuvant du vaccin déclenche la réaction innée indispensable à l'installation de la réaction adaptative [...] un peu comme la réaction inflammatoire prépare la réaction adaptative naturelle.

A-t-on une idée du mode d'action de ces adjuvants ?
Un vaccin sans adjuvant est-il efficace ?
Enfin, connaissant la polémique liée aux sels d'aluminium, quelle(s) information(s) pertinente(s) peut-on fournir aux élèves ?

En vous remerciant d'avance pour votre participation au forum.


Réponse du Dr Brigitte Dunais

L'adjuvant est un produit entrant dans la composition de certains vaccins (les vaccins inactivés), afin d’augmenter l’intensité et la durée de la réponse immunitaire spécifique aux antigènes vaccinaux (au sens étymologique, adjuvant dérive du verbe latin « adjuvare » : aider). On appelle adjuvant immunologique toute substance qui agit en accélérant, en prolongeant ou en renforçant la réponse immunitaire spécifique à un antigène lorsqu'elle est utilisée en association avec des antigènes vaccinaux spécifiques.
Une étude a montré que les adjuvants peuvent renforcer la réponse immunitaire de 5 façons:
• Tous les adjuvants facilitent la translocation des antigènes vers les ganglions lymphatiques où ils sont reconnus par les cellules T. Ceci entraîne une plus grande activité des cellules T, donc une élimination plus efficace du pathogène.
• Les adjuvants assurent une protection aux antigènes ce qui prolonge la disponibilité de ces derniers. Ainsi l'organisme est exposé plus longtemps à l'antigène, ce qui donne davantage de temps au système immunitaire pour monter une réponse plus robuste en augmentant la production de cellules B et T nécessaires à une meilleure mémoire immunitaire pour la réponse adaptative.
• Les adjuvants renforcent la réaction locale au site d'injection, ce qui entraîne une production augmentée de signaux sous la forme de chémokines par les cellules telles que les cellules T auxiliaires et les mastocytes.
• Ils induisent la production de cytokines inflammatoires qui permettent le recrutement des cellules B et T au site d'injection et augmentent la production de cellules immunitaires.
• Enfin, on pense que les adjuvants augmentent la réponse innée à l'antigène grâce à leur interaction avec les récepteurs TLR.
Certains vaccins sont efficaces sans adjuvants: c'est le cas notamment des vaccins à virus vivants atténués (rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, fièvre jaune) car ces virus, une fois injectés, se multiplient rapidement dans l'organisme et leur présence suffit alors à déclencher la réaction immunitaire. C'est aussi le cas du BCG contre la tuberculose, qui est composé de bacilles vivants, là aussi atténués.
La plupart des vaccins inactivés contiennent des sels d'aluminium.
L’hydroxyde d'aluminium est utilisé dans les vaccins depuis 1926, date à laquelle Glenny et ses collaborateurs démontrent que l’administration chez le cochon d'inde d’un précipité d’anatoxine diphtérique avec de l’hydroxyde d’aluminium donne de meilleurs résultats d'immunogénicité que l’anatoxine diphtérique seule. Il est utilisé depuis plus de 70 ans dans les vaccins, une excellente tolérance, qui en a fait pendant longtemps le seul adjuvant approuvé et utilisé dans les vaccins.
Tout le monde a été vacciné au moins une fois avec un vaccin contenant de l’hydroxyde d’aluminium!
L’aluminium est par ailleurs un élément auquel nous sommes couramment exposés, principalement via la nourriture. Cette exposition atteint environ 10 à 15 mg/jour contre 0,3 mg/jour pour une dose de vaccin (le limite autorisée étant de 0,85 mg).


Retourner vers « Médecins (2012) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité