Nature profonde de la croûte continentale

Forum de géologie (magmatisme) ouvert jusqu'à fin décembre.
Hervé Furstoss
Messages : 662
Enregistré le : 26 mars 2011, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Mulhouse

Nature profonde de la croûte continentale

Messagepar Hervé Furstoss » 21 nov. 2012, 12:18

Bonjour,

Le nouveau programme de TS dit :
"La croûte continentale, principalement formée de roches voisines du granite, ..."

Or il me semble constater qu'à l'affleurement, ce sont plus souvent des roches sédimentaires que l'on rencontre voire des granites ou roches apparentés mais sous la forme de plutons. Il ne s'agit pas des roches auxquelles il est fait fait référence dans le programme.
Les roches qui nous intéressent affleurent, si je ne trompe pas, aux niveaux des cratons et boucliers.

Ma question est donc de savoir comment cette donnée a été établie :
- sur la base des cratons ?
- sur la base de données de sismique réflexion ?
- sur la base de mesure de vitesse d'ondes sismiques ?
- sur la base de forages ?

Certainement une combinaison de méthodes mais est-il possible de faire un point sur comment il a été possible de vérifier et donc de généraliser l'idée indiquée dans le programme ?

Et j'y ajoute une question subsidiaire (qui relève plus de la curiosité) :
Je me fais peut-être une fausse idée de la répartition à l'affleurement entre cratons et autres types de roches.
Quelle est la part de la croûte continentale sur laquelle affleurent les cratons ?
(Ne cherchez pas la réponse si vous ne la connaissez pas ...)

En vous remerciant par avance,
H. Furstoss

Valérie BOSSE
Messages : 5
Enregistré le : 18 juin 2012, 14:36

Re: Nature profonde de la croûte continentale

Messagepar Valérie BOSSE » 11 déc. 2012, 12:22

Bonjour,
des questions fort intéressantes...
Tout d'abord quelques précisions de terminologie :Les cratons ne sont pas des roches mais des domaines continentaux qui ont été structurés il y a fort longtemps. Ces domaines continentaux contiennent souvent les roches continentales les plus anciennes qui affleurent sur la terre. C'est par exemple le craton africain, le craton Amérique du Sud. Il est exact que dans ce domaines on trouve beaucoup de granites et roches métamorphiques associées.
Pour la croute continentale maintenant: en moyenne, la composition de la croute continentale (sur donc à peu près 30km d'épaisseur) est celle du granite. Tout comme en moyenne, la composition de la croute océanique est celle du basalte. Mais la différence essentielle, comme vous les dites, est que la croûte continentale est très hétérogène (contrairement à la croute océanique). Du coup, cette moyenne n'est pas représentative des roches que l'on trouve en surface et qui sont formées d'abondantes roches sédimentaires, de roches volcaniques, et parfois de granite et de roches métamorphiques. Pour la croute continentale, cette moyenne a donc un fort écart type !
Je ne comprends pas votre phrase "Or il me semble constater qu'à l'affleurement, ce sont plus souvent des roches sédimentaires que l'on rencontre voire des granites ou roches apparentés mais sous la forme de plutons. Il ne s'agit pas des roches auxquelles il est fait fait référence dans le programme. " Les granites dont on parle dans le programme sont bien les granites qui affleurent autour de nous effectivement sous la forme de pluton formé à quelques km de profondeur et qui ont été mis à nu par l'érosion. Si vous jetez un oeil sur la carte géologique au 1/1000 000e de la France (un très beau document !) vous verrez que ces granites affleurent abondamment en Bretagne ou dans le Massif central, les Vosges, les Maures, les massifs cristallins externes des Alpes, etc... Mais peut etre n'ai je pas bien compris ce que vous souhaitiez dire ?
Sur quelle base cette moyenne a été faite ? Et bien je pense qu'il s'agit d'une moyenne des données de terrain pour ce qui affleure en surface, et en profondeur une extrapolation (les forages ne pouvant atteindre la base de la croute) à partir des données sismiques et pétrologiques dans les zones de chaine de montagne.
Pour une vérification, on peut comparer les compositions chimiques du granite et celle estimée de la croute continentale et constater que ces composition sont très proches. En fait la partie hétérogène de la croute est assez superficielle, puisque qu'en profondeur (à partir de 10-15k de profondeur), on ne trouve plus que des granites et des roches métamorphiques souvent partiellement fondues et donc assez proches des granites.
Enfin, pour connaitre le % de croute continentale affleurant dans les cratons il faudrait regarder cette fois ci la carte géologique du monde (un autre très beau document et pas cher !). Je dirai approximativement qu'elle représente 50% des domaines continentaux émergés.
J’espère avoir répondu à vos questions. N'hésitez pas à redemander des précisions.
V. Bosse


Retourner vers « V. BOSSE (2012) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité