salamandre chlorophyllienne

Symbiose, mycorhize, mycologie, microbiologie, botanique, écologie, évolution
lydie.lemaitre
Messages : 1
Enregistré le : 17 sept. 2012, 12:30
Lieu de travail ou de résidence : cergy 95

salamandre chlorophyllienne

Messagepar lydie.lemaitre » 22 sept. 2012, 22:12

Bonjour
je souhaiterai étudier la relation symbiotique entre l'algue Oophila amblystomatis et la salamandre Ambystoma maculatum avec mes terminales pour les processus de diversification du vivant. J'ai récupéré des informations sur différents sites mais je n'arrive pas à comprendre véritablement comment et à partir de quoi l'algue se développe dans les oeufs de salamandre.
merci de m'éclairer

Marc-André SELOSSE
Messages : 25
Enregistré le : 03 juil. 2012, 12:34

Re: salamandre chlorophylienne

Messagepar Marc-André SELOSSE » 23 sept. 2012, 20:16

Il s'agit d'une étonnante symbiose où les œufs de certaines espèces de salamandre, notamment Ambystoma maculatum, sont associées à des algues vertes unicellulaires (Oophila amblystomatis). Cette association a été décrite il y a plus d'un siècle, et l'on a pu montrer que les tissus de l'animal bénéficient d'une quantité accrue d'oxygène (issu de la photosynthèse), tandis que, pense-t-on, l'algue recycle des déchets (notamment azoté) du métabolisme animal. Rebondissement récent : alors qu'on croyait cette association superficielle, limitée à l'œuf, il semble que lors du développement certaines algues entrent dans les tissus animaux. Si certaines périssent ensuite, certaines survivent dans les tissus adultes et, au niveau du tractus génital femelle, seraient inoculées aux œufs de la génération suivante. Il y a une excellente revue dans la revue Symbiosis (en anglais et hélas pas libre d'accès, que je peux passer à qui la veut par mp avec objet 'Ambystoma'). On peut télécharger gratuitement le dernier "rebond" dans la revue P.N.A.S., à l'adresse:
http://www.pnas.org/content/108/16/6497.short

... cela dit, pas sûr que ce soit un modèle facile à analyser... Puis-je suggérer que les cnidaires à xanthelles (ou les hydres à chlorelles) sont peut-être un modèle d'intérêt plus large (plus d'espèces, coraux, etc...) ?

… très amicalement, chère Lydie, Marc-André

Suppression de l'adresse mail. MCS


Retourner vers « MA. SELOSSE (2013 et 2017) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités