Expulsion des zooxantelles par les coraux

Symbiose, mycorhize, mycologie, microbiologie, botanique, écologie, évolution
microzelle
Messages : 108
Enregistré le : 19 févr. 2012, 10:43
Lieu de travail ou de résidence : France

Expulsion des zooxantelles par les coraux

Messagepar microzelle » 09 sept. 2012, 20:16

Bonsoir monsieur,

J'aurai une question à vous poser concernant la symbiose entre les coraux et les Zooxantelles.
Pour des raisons qui peuvent être multiples (salinité de l'eau, taux d'exposition à la lumière ou encore hausse de la température de l'eau, stess... etc) les coraux peuvent expulser leurs Zooxantelles.

Ainsi, je me demandai pourquoi les coraux font-ils cela puisque le plus souvent cela entraîne la "mort blanche" du corail car celui-ci n'arrive pas seul à pourvoir convenablement à ses besoins.

De plus s'il vous plait, savez vous comment procèdent-ils pour expulser les microalgues ?

Enfin, même si cela ne rentre pas vraiment dans le titre du sujet : après fécondation lors de la reproduction sexuée du corail, à quel moment les Zooxantelles entrent en symbiose avec le corail ? Entre la fécondation et la fixation sur un support, le corail est-il déjà en symbiose avec des Zooxantelles ou cela survient-il plus tard ? Si oui, comment ?

Merci d'avance pour votre patience et vos réponses,
Cordialement,
Laura.

Marc-André SELOSSE
Messages : 26
Enregistré le : 03 juil. 2012, 12:34

Re: Expulsion des zooxantelles par les coraux

Messagepar Marc-André SELOSSE » 10 sept. 2012, 21:49

Chère Laura,

Sans vouloir faire trop de pub, mon livre sur la symbiose (Vuibert, 2000) évoque en détail la transmission des xanthelles : pour l’essentiel, elles sont :
- soit acquises dans le milieu après éclosion, par phagocytose à partir du milieu dans les cellules endodermiques (qui bordent la cavité gastrique, et portent toujours les symbiontes), c’est la transmission horizontale.
- soit transmises par les ovules (transmission verticale).
Vous pouvez trouver plus de données dans l’ouvrage susdit, mais c’est du détail : je voudrais surtout discuter un autre point. Cette dernière transmission (chez Anemonia sulcata par ex., une anémone de nos côtes) est apparue à plusieurs reprises dans différents groupes de cnidaires indépendants ; elle est un pas vers la formation d’un plaste. Cela ne veut pas dire que l’évolution ira nécessairement plus loin jusqu’à un plaste, caractérisé par (i) une perte de gènes par l’algue et (ii) la synthèse d’une partie des protéines dans le cytosol. Ici l’algue est encore capable de vie indépendante mais… les groupes qui ont des plastes sont passés par de tels intermédiaires !

Le blanchiment… j’ai dû demander l’aide de Paola Furla de l’Université de Nice pour compléter la réponse qui suit. Lors de stress abiotique (stress thermique, exposition aux ultraviolets, stress chimiques...) ou biotique (attaque bactérienne), les coraux réagissent dans un premier temps par l'expulsion des xanthelles. Certains de ces stress sont attendus dans les changements globaux actuels (hautes températures, acidification des eaux…) ou suite aux perturbations anthropiques (érosion entrainant une quantité de sédiments accrus en suspension). Plusieurs mécanismes d'élimination des xanthelles ont été démontrés et se côtoient très probablement : (i) exocytose des xanthelles reversant l’endocytose décrite plus haut, (ii) dégradation des xanthelles par nécrose, (iii) mort cellulaire programmée, (iiii) détachement cellules endodermiques abritant les xanthelles et (v) nécrose et mort des cellules endodermiques. En fonction du stress et de l’espèce, plusieurs voies peuvent être empruntées.

Si le stress se maintient ou s'il est particulièrement aigu, les coraux blanchis meurent. Néanmoins, le blanchissement n'entraîne pas systématiquement la mort du corail : c’est un processus de protection (de dernière chance). Bien que l'on ne connaisse pas encore le meneur du jeu, les cnidaires perdent des xanthelles affectées par le stress et devenues trop coûteuses pour l'hôte. Il est à noter que selon les conditions environnementales, notamment lumineuses, les types de xanthelles ne sont pas les mêmes (là encore, il y a des détails dans mon bouquin mais c’est peu important). Certains pensent que le blanchiment serait la première étape vers un changement de partenaire (Adaptation Bleaching Hypothesis) qui, idéalement, permettrait de rétablir une symbioses avec des partenaires plus adéquats : le risque est de ne pas trouver ces symbiontes…


Retourner vers « MA. SELOSSE (2013 et 2017) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité