Homo numericus

ppillot
Messages : 1919
Enregistré le : 23 août 2008, 11:27
Lieu de travail ou de résidence : Montréal

Homo numericus

Messagepar ppillot » 07 févr. 2012, 15:43

De nouveaux supports d'enseignement sur des bases numériques sont actuellement développés. Je pense en particulier aux tablettes et aux manuels numériques. J'ai l'impression que nous sommes là face à une tendance lourde : le numérique fait partie intégrante de notre quotidien et doit faire partie de notre enseignement (pour différentes raisons allant de la formation au monde de demain, à la volonté de ne pas paraître désuet).

Cependant l'usage des tablettes (mais aussi des ENT, des manuels numériques, etc...) doit-il remplacer le papier ? Est-ce qu'en poussant l'utilisation de la sorte on ne risquerait pas de rendre impossibles certains apprentissages ? Il y a-t-il une limite à ne pas dépasser ?

Je pense par exemple à l'utilisation des calculatrices qui a fait qu'à un moment donné "on" a décrété qu'il n'était plus nécessaire de passer de temps sur du calcul mental. On s'est ensuite rendu compte que beaucoup d'enfants n'arrivaient plus à se représenter intellectuellement des quantités, et on est actuellement revenu à un apprentissage du calcul mental.
Si je transpose cela au numérique, j'ai la possibilité de fournir aux élèves un cours écrit sur l'ENT, un diaporama présenté en classe, pourquoi pas un PodCast. La prise de note n'est peut-être plus nécessaire (c'est ce qu'on nous dit dans beaucoup de réunions : "ne prenez pas de notes, vous aurez le diaporama") ? Ou si l'on prend des notes, sur une tablette, la manipulation du stylo n'est plus nécessaire non plus (je ne l'utilise d'ailleurs personnellement pratiquement plus que pour corriger des copies), mais c'est peut-être gênant pour acquérir certaines capacités motrices voire intellectuelles ?


Est-ce qu'il est possible de déterminer les procédures que nos élèves doivent acquérir afin d'utiliser ces nouveaux outils à bon escient ? A-t-on déjà des retours d'expérimentations à ce sujet ?

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 07 févr. 2012, 15:59

Hello

Il me semble que le débat est autorisé dans ce forum...
Je ne peux que plussoyer sur cette interrogation en ajoutant que l'on peut trouver des vertus au dessin d'observation (puisqu'il force à observer) face à un clic pour une photo numérique.
Après trois ou quatre séances en Première S, passées à manipuler des gènes, des allèles et des protéines à l'aide d'anagene et de rastop, je me rends compte (après un DS catastrophique) que ces notions ne sont pas passées.
La forme a pris le pas sur le fond.
Fred SVT inside

ppillot
Messages : 1919
Enregistré le : 23 août 2008, 11:27
Lieu de travail ou de résidence : Montréal

Re: Homo numericus

Messagepar ppillot » 07 févr. 2012, 20:31

Frederic Labaune a écrit :Je ne peux que plussoyer sur cette interrogation en ajoutant que l'on peut trouver des vertus au dessin d'observation (puisqu'il force à observer) face à un clic pour une photo numérique.

Je me pose effectivement ce genre de question, même si je suis un fervent partisan de l'acquisition numérique : cela me donne la possibilité d'avoir au final ce que les élèves ont réellement observé (pas un recopiage du schéma du tableau ou de la photo du livre) et de discuter avec eux de ce qu'ils observent.
Mais est-ce qu'on ne passe pas à côté de quelque chose aussi ?

esanchez
Messages : 56
Enregistré le : 22 avr. 2009, 00:26
Lieu de travail ou de résidence : Ecole Normale Supérieure de Lyon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar esanchez » 07 févr. 2012, 20:44

Bonsoir,
Il y a en effet un paradoxe. Le numérique rend plus aisées un grand nombre de tâches (plus facile de communiquer, de traiter des données...) et lorsqu'on l'utilise dans un contexte d'enseignement on n'a pas forcément de bons effets sur l'apprentissage.
Le paradoxe peut être résolu si on considère qu'apprendre consiste à se confronter à des difficultés et à les surmonter. Ainsi réaliser un dessin d'observation "à la main" ou avec Mesurim sont deux tâches très différentes même si les résultats peuvent être assez semblables. Les tâches sont différentes, les difficultés surmontées aussi et on apprend des donc choses différentes. En matière d'apprentissage le processus prime sur le résultat de la tâche.
Cela souligne aussi l'importance de l'enseignant qui élabore les situations et ainsi décide des tâches qui seront effectuées par les élèves. Avec des technologies dans la classe la situation est encore plus complexe et son rôle renforcé.
Eric

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 07 févr. 2012, 23:23

Hello

Le problème est que si l'on ne fait qu'une fois une situation et une fois une autre - on n'a pas le temps de faire plus... souvent - il n'y a pas d'appropriation des techniques et la séquence est un peu vaine (en plus de ne pas être évaluable).
Le dessin d'observation est has-been, mais le dernier des Mohicans n'était pas inintéressant.
Cliquer, ils font ça à longueur de journée.
Après, oui, il faudrait qu'on sache donner un sens à leurs clics, mais ce qu'on a à leur proposer est bien souvent "presse-bouton".
Il serait intéressant de voir en combien de clics avec des logiciels comme anagene, rastop, sismolog & co ils arrivent à résoudre le problème... bien peu je pense.
A-t-on le temps d'apprendre, d'observer, de s'imprégner, quand la réponse vient aussi rapidement ?
On constate que la génération numérique a du mal à gérer l'attente, la frustration et se contente souvent de la première phrase des articles sur wiki.
Fred SVT inside

Gilles Gutjahr
Messages : 1552
Enregistré le : 25 août 2008, 10:46
Lieu de travail ou de résidence : Cahors - Lot

Re: Homo numericus

Messagepar Gilles Gutjahr » 08 févr. 2012, 15:36

Ouvrir des séquences dans Anagène, et utiliser ses potentialités, est toujours mieux que de lire les mêmes séquences dans un livre. Avant Anagène, Rastop (même si je ne l'utilise jamais en classe) ou Sismolog, les domaines scientifiques correspondants étaient encore plus énigmatiques qu'ils ne le sont actuellement pour les élèves. Souvenez-vous de votre formation personnelle sur ces sujets (dans le supérieur évidemment, sauf peut-être pour Paul ;) )
Autrement dit, le vrai problème est-il dans les techniques déployées ou dans les sujets traités, c'est-à-dire dans les programmes ?

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 08 févr. 2012, 17:30

Gilles Gutjahr a écrit :Ouvrir des séquences dans Anagène, et utiliser ses potentialités, est toujours mieux que de lire les mêmes séquences dans un livre. Avant Anagène, Rastop (même si je ne l'utilise jamais en classe) ou Sismolog, les domaines scientifiques correspondants étaient encore plus énigmatiques qu'ils ne le sont actuellement pour les élèves. Souvenez-vous de votre formation personnelle sur ces sujets

c'est pas faux
Gilles Gutjahr a écrit :Autrement dit, le vrai problème est-il dans les techniques déployées ou dans les sujets traités, c'est-à-dire dans les programmes ?

c'est pas faux (et quand on décrypte le prochain programme de TS, on se dit que ça ne va pas en s'arrangeant... en génétique, je vais avoir besoin d'une sérieuse remise à niveau -> et là, c'est évaluation en fin d'année au bac)
Fred SVT inside

j.pellegrino
Messages : 4806
Enregistré le : 20 août 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Marseille

Re: Homo numericus

Messagepar j.pellegrino » 10 févr. 2012, 00:46

De nos jour plus personne ne sait graver des plaques de marbre ou écrire au stylet sur des tablettes d'argile... les capacités d'apprentissage ont-elles diminuées pour autant ? :sarcastic
JP

marie-claude segui
Messages : 11751
Enregistré le : 24 juin 2008, 06:53
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Toulouse
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar marie-claude segui » 10 févr. 2012, 06:31

Non, juste que les générations futures sauront davantage cliquer et tapoter qu'écrire...
pour cette remarque pas de problème, il suffit qu'à la place d'un stylo et d'une feuille de papier les "petites Poucettes" puissent avoir un outil qui leur permette de s'exprimer ainsi! ;) (il y aura une aire cérébrale réservée au clavier!)

jjanin
Administrateur
Messages : 6114
Enregistré le : 10 juil. 2008, 23:11
Lieu de travail ou de résidence : Sain Bel (69)
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar jjanin » 10 févr. 2012, 09:40

Je crois que les claviers sont appelés à disparaitre rapidement.
JJ

Gilles Gutjahr
Messages : 1552
Enregistré le : 25 août 2008, 10:46
Lieu de travail ou de résidence : Cahors - Lot

Re: Homo numericus

Messagepar Gilles Gutjahr » 10 févr. 2012, 11:10

Le clavier sera intégré à leur tee-shirt ...
Julien, il ne s'agit pas d'être caricatural et de penser qu'il s'agit d'une discussion rétrograde. Les domaines scientifiques dont il est question ici tournent autour du moléculaire et du sismologique, et tu t'adresses à des collègues qui n'ont aucun problème avec ça, voire même qui ont quelques compétences au-dessus de la moyenne sur ces notions. Simplement, on peut se demander si ces notions (développées dans le temps dans l'enseignement supérieur) sont bien adaptées aux cerveaux de gamins de 16-17 ans. A leur âge, je n'aurais probablement pas compris non plus. Et devant leur échec, doit-on se dire que c'est à cause :
- de notre incompétence à enseigner ?
- de leur absence d'attention, de mobilisation cérébrale, de travail ... ?
- des processus d'apprentissage utilisant trop d'informatique ?
- des notions traitées trop abstraites et amenées trop tôt dans une bouillie culturelle ?
Personnellement, je crois que certaines notions ne peuvent pas être assimilées par les classes d'âge lycée-collège et doivent être gardées pour plus tard, quand le cerveau est prêt. C'est tout simple.

j.pellegrino
Messages : 4806
Enregistré le : 20 août 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Marseille

Re: Homo numericus

Messagepar j.pellegrino » 10 févr. 2012, 18:03

Désolé, ce n'était pas du tout une attaque mais juste une petite touche excessive comme je les aime... :mrgreen:

Je suis tout à fait d'accord avec toi pour dire que les enseignements (contenus et méthodes ) doivent tenir compte des BESOINS des élèves (rythme, capacités, maturité...) qui sont trop souvent ignorés voire même niés par certaines "autorités".

Si dans certains cas l'utilisation d'un outil informatique (ou ludique) peut aider à assimiler différemment certaines notions complexes il ne faut pas que cet outil soit un obstacle à l'apprentissage.

"l'ordinateur est un excellent serviteur mais un bien mauvais maître" aurait dit l'autre... :mrgreen:
JP

ppillot
Messages : 1919
Enregistré le : 23 août 2008, 11:27
Lieu de travail ou de résidence : Montréal

Re: Homo numericus

Messagepar ppillot » 10 févr. 2012, 21:46

j.pellegrino a écrit :Si dans certains cas l'utilisation d'un outil informatique (ou ludique) peut aider à assimiler différemment certaines notions complexes il ne faut pas que cet outil soit un obstacle à l'apprentissage.

Je crois que c'est intéressant qu'il y ait des obstacles quand on apprend... Mais l'objectif n'est pas la maîtrise d'un logiciel pour elle-même.

Cependant le débat dérive de mon idée initiale, certes mal formulée, qui était de savoir quels apprentissages fondamentaux nouveaux (en rapport avec le numérique) faut-il développer et quels apprentissages fondamentaux "classiques" faut-il absolument conserver ?

La notion d'obstacle ou d'effort est peut-être centrale dans cette réflexion ?

laury
Messages : 293
Enregistré le : 29 juin 2009, 16:48
Lieu de travail ou de résidence : montpellier

Re: Homo numericus

Messagepar laury » 11 févr. 2012, 12:46

bonjour,
pour ma part, j'ai été éduquée à "l'ancienne" école : on apprend par coeur, pas de calculatrice, coup de règle sur les doigts... Ca ne m'empêche pas d'adorer tout ce qui est informatique, nouvelles technologies.
Par contre, voilà ce que j'observe chez mes élèves : peut-être par trop d'usage de calculatrice, ils n'ont effectivement plus de représentation des grandeurs (la machine le dit, alors c'est vrai, même si on trouve un âge de trois milliards d'années pour un fossile humain!); quand on travaille sur RASTOP (que j'aurais aimé avoir, moi, en temps qu'élève), ils voient les molécules en 3D, les tournent dans tous les sens; mais au final ils "voient" les molécules alors "elle ne sont pas si petites que ça!". Du coup, dans les devoirs on a des choses du genre : dans les molécules, il y a des cellules!!!
Je pense qu'ils doivent travailler en partie avec du numérique, puisque c'est leur monde mais je n'ai pas trouvé la solution idéale pour une autre forme de travail qui les ancre plus dans la réalité.

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 11 févr. 2012, 13:07

en avant première... un bon bol d'air (pour ceux qui vont à la montagne)

Image
Fred SVT inside

cocotruc
Messages : 233
Enregistré le : 25 mars 2010, 07:34
Lieu de travail ou de résidence : CFA Avize (51)

Re: Homo numericus

Messagepar cocotruc » 11 févr. 2012, 15:12

laury a écrit : peut-être par trop d'usage de calculatrice, ils n'ont effectivement plus de représentation des grandeurs (la machine le dit, alors c'est vrai, même si on trouve un âge de trois milliards d'années pour un fossile humain!)


et j'en ai plein d'autres des exemple de ce type!!!
j'enseigne aussi les maths et lors de calculs de moyenne, certains n'ont pas peur de me mettre le prix moyen d'une bouteille de champagne à 0,55 €, ou la taille moyenne d'une exploitation viticole à 1 500 ha, ou la masse moyenne d'une grappe de raisin à 5g...
Dire que ce sont des bac pro CGEA, c'est-à- dire "conduite et gestion d'une exploitation agricole"...
Corinne

j.pellegrino
Messages : 4806
Enregistré le : 20 août 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Marseille

Re: Homo numericus

Messagepar j.pellegrino » 12 févr. 2012, 22:34

Je pense au contraire que le problème vient du fait qu'ils considèrent "l'école" (le collège, le lycée, la formation...) comme un monde "à part" complètement déconnecté de leur "vraie vie"... ils voient des adultes graver des signes avec une pierre en la frottant contre une autre pierre (la craie sur le tableau c'est bien ça !) et leur enseigner des notions complètement étrangères et indépendantes les unes des autres (non ça c'est en physique, en SVT on dit comme ça, je ne corrige pas tes fautes je ne suis pas prof de français, je vous le prononce comme je peux hein, on n'est pas en anglais...)... ils ont pris le pli de ce que demande (malheureusement dans une grande majorité de cas) l'école : apprendre et réciter sans forcément comprendre le sens ou élargir son point de vue...quid de l'esprit critique ? quid de la transversalité des notions ?...

Au Lidl du coins ils sursauteraient de voir une bouteille de coca à 1500 euros....en classe ils le marquent sur leur copie sans moufter...l'école désapprend" la vie (l'intelligence quotidienne ) et enseigne "autre chose"...du scolaire... ça peut bien être des maths ou de l'histoire pour eux c'est aussi abstrait !

Dans ce cas là, un cour sur I-phone leur paraitra plus "réel"...plus "concret" (malheureusement ?) ...

Le problème dépasse largement l'aspect "technique" des enseignement du moins c'est ce que je pense....
JP

marie-claude segui
Messages : 11751
Enregistré le : 24 juin 2008, 06:53
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Toulouse
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar marie-claude segui » 15 févr. 2012, 10:29

ppillot a écrit :Cependant l'usage des tablettes (mais aussi des ENT, des manuels numériques, etc...) doit-il remplacer le papier ? Est-ce qu'en poussant l'utilisation de la sorte on ne risquerait pas de rendre impossibles certains apprentissages ? Il y a-t-il une limite à ne pas dépasser ?
Est-ce qu'il est possible de déterminer les procédures que nos élèves doivent acquérir afin d'utiliser ces nouveaux outils à bon escient ? A-t-on déjà des retours d'expérimentations à ce sujet ?


Je recentre le sujet sur la question initiale qui me paraît importante:
Pour moi une bonne partie de l'apprentissage passe par une trace réalisée sur le papier (écriture, schémas, calculs... )
Mais ne va-t-on pas développer de nouvelles formes d'apprentissage? a-t-on assez de recul pour répondre à ça?

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 15 févr. 2012, 11:49

Tu peux recentrer... il n'empêche, voilà un autre problème apporté par l'invasion du numérique.
Nous sommes passés du cahier de texte papier aux ENT...
Pour ma part, je ne suis pas convaincu par les interfaces de saisie du cahier de texte... mais c'est un autre débat.
Par contre, les élèves ne notent plus rien sur leurs agendas (ça n'était déjà pas formidable) et ils comptent sur ce que va noter le prof à faire sur le cahier de texte.
Je refuse de faire ça, c'est encore enlever une des tâches basales de l'élève... jusqu'au jour où ça ressort... vous n'avez pas dit que, ça n'est pas écrit sur liberscol... jusque dans les conseils de classe :evil:

Les elèves ne font plus d'effort pour apprendre... tout est sur internet.
Il serait quand même salvateur de "débrancher" plus souvent qu'on ne le fait.

La génération précédente (la mienne) n'avait que la radio, la tele (et encore) et les livres + la chance éventuelle d'aller y voir par soi même, pour se cultiver, pour essayer de comprendre comment fonctionne le monde, les êtres vivants.
Maintenant, tout est virtuel... et j'ajouterai, comme les mémoires flash qui abondent dans tous les gadgets numériques, tout est volatil.
Nous formons une génération avec des mémoires de poissons rouges.
Fred SVT inside

jjanin
Administrateur
Messages : 6114
Enregistré le : 10 juil. 2008, 23:11
Lieu de travail ou de résidence : Sain Bel (69)
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar jjanin » 15 févr. 2012, 12:28

Frederic Labaune a écrit :La génération précédente (la mienne) n'avait que la radio, la tele (et encore) et les livres + la chance éventuelle d'aller y voir par soi même, pour se cultiver, pour essayer de comprendre comment fonctionne le monde, les êtres vivants.


Oui, mais la génération d'avant se posait la question du bien fondé de la TV et de l'utilisation des documentaires qui y étaient diffusés ... etc.
Et la génération future qui aura assimilé le numérique se posera des questions sur les bienfaits de la prochaine révolution technologique.
JJ

ppillot
Messages : 1919
Enregistré le : 23 août 2008, 11:27
Lieu de travail ou de résidence : Montréal

Re: Homo numericus

Messagepar ppillot » 15 févr. 2012, 13:29

Frederic Labaune a écrit : + la chance éventuelle d'aller y voir par soi même, pour se cultiver, pour essayer de comprendre comment fonctionne le monde, les êtres vivants.

Cette chance existe toujours, et sans doute davantage d'un certain point de vue : il me semble que les données brutes, les sources d'informations n'ont jamais été aussi accessibles et que l'on a les moyens d'aller au delà des ressources prédigérées et standardisées proposées habituellement.
J'aimerai qu'un manuel puisse servir de plate-forme vers d'autres sources d'informations et d'investigation. C'est peut-être ce vers quoi l'enseignement doit aller (capacité à se cultiver, à construire ses connaissances de façon méthodique ou "sérendipitique")

Pour la question de la mémoire, elle me paraît essentielle. J'avais entendu une remarque selon laquelle on connaît maintenant beaucoup moins de n° de téléphone qu'auparavant. Il est probable que ce ne soit pas un mal (mais peut-être l'est-ce pour d'autres facultés ?). Les connaissances sont accessibles de façon très aisée et pour certaines ont un intérêt limité à long terme (même si elles peuvent être en soi passionnantes). Pour autant, il me paraît illusoire d'apprendre à raisonner sans une trame de connaissances solides. Il me semble qu'il y a là un risque à la dématérialisation de la connaissance, et qu'il soit nécessaire d'y réfléchir.

Enfin, concernant l'apprentissage, je suis tombé sur un article tiré à l'origine de Science mais vulgarisé ensuite dans différents médias dont le New-York Times To Really Learn, Quit Studying and Take a Test
Ils établissent une meilleur maîtrise à moyen terme des connaissances lorsque l'apprentissage s'est accompagné de tests, par comparaison avec un apprentissage sous forme de cartes mentales, ou bien de simples relectures "passives". Je n'ai pas pu lire l'article original pour en savoir plus sur la méthodologie employée. Mais je trouve que c'est intéressant pour la question de la construction de "traces" dont tu parlais Marie-Claude.

ppillot
Messages : 1919
Enregistré le : 23 août 2008, 11:27
Lieu de travail ou de résidence : Montréal

Re: Homo numericus

Messagepar ppillot » 15 févr. 2012, 17:31

ppillot a écrit :Enfin, concernant l'apprentissage, je suis tombé sur un article tiré à l'origine de Science mais vulgarisé ensuite dans différents médias dont le New-York Times To Really Learn, Quit Studying and Take a Test
Ils établissent une meilleur maîtrise à moyen terme des connaissances lorsque l'apprentissage s'est accompagné de tests, par comparaison avec un apprentissage sous forme de cartes mentales, ou bien de simples relectures "passives". Je n'ai pas pu lire l'article original pour en savoir plus sur la méthodologie employée. Mais je trouve que c'est intéressant pour la question de la construction de "traces" dont tu parlais Marie-Claude.

Je me réponds à moi-même ! J'ai pu avoir accès à l'article de référence, et la tâche de test dont l'efficacité a été évaluée, consistait à restituer le contenu d'un texte pendant 10 minutes sous forme écrite (sur écran) après l'avoir lu 5 min, ceci deux fois de suite. La carte mentale était construite pendant 25 minutes après avoir étudié là aussi pendant 5 minutes.
On part bien dans les deux cas sur la réalisation d'une trace, qui s'est avérée plus efficace qu'une simple lecture ou relecture.

Frederic Labaune
Messages : 12963
Enregistré le : 10 juil. 2008, 19:09
Lieu de travail ou de résidence : Dijon
Contact :

Re: Homo numericus

Messagepar Frederic Labaune » 15 févr. 2012, 17:53

J'insiste sur l'écrit, la nécessité de refaire des schémas...
Nous sommes bien dans un apprentissage par l'écrit et non pas en survolant des sites sur internet ou en faisant trois clics et deux copier/coller.

Je donne de l'importance à la forme car je pense quand on passe du temps pour la forme, le fond finit par suivre.
Pour améliorer la forme, je préconise de passer au dessin vectoriel... voilà encore un paradoxe.
Fred SVT inside

Erika Follien
Messages : 3006
Enregistré le : 21 août 2008, 10:04
Lieu de travail ou de résidence : Annonay (07)

Re: Homo numericus

Messagepar Erika Follien » 16 févr. 2012, 08:44

Je suis partagée, moi, sur ce sujet...
A la fois, je suis très attachée à l'écrit sur papier (je suis plutôt une "visuelle" et l'étape papier-crayon m'aide à penser ; ce n'est sans doute pas le cas de chacun) mais je trouve que l'informatique apporte indéniablement des avantages... (là, je crois qu'on est tous d'accord)

Autant je suis pour "séduire" mes élèves avec l'informatique (pour remotiver les troupes, je peux autoriser le compte-rendu sur support informatique ; remarquez que cela reste de l'écrit !)... mais de là à ne travailler qu'avec une tablette ! Je n'ai pas envie de m'y mettre d'ailleurs, c'est un peu comme le TBI... Pourtant, je ne saurais me passer d'un vidéo projecteur :roll:
Autre exemple, je ne vois pas beaucoup d'intérêt aux cartes mentales du genre Freemind (hormis la "propreté" du résultat), je trouve qu'on organise mieux sa pensée avec une feuille de papier, un crayon et une gomme. Je sais que d'autres ne voient que des avantages pour ce type de logiciels. Ce qui me gêne, c'est qu'on ne garde pas trace du chemin de la réflexion qui contourne les obstacles. J'ai l'impression que les versions informatiques donnent un aspect simple et propre de tout : plus aucune rature, plus d'erreur, les corrections sont masquées... Du coup, le produit final semble immuable et forcément juste...
Pour reprendre l'exemple de Fred, le dessin vectoriel, pour moi, c'est du schéma (= c'est bien pour fixer définitivement quelque chose d'acquis, comme une photo) ; le dessin avec crayon à papier et gomme autorise l'amélioration du trait jusqu'à la perfection attendue : on a besoin de cela pour construire une image définitive, comme on construit un savoir. Cela laisse le temps de l'observation, de l'imprégnation, et de l'apprentissage... le numérique va trop vite et donne trop vite une impression de vérité ! En tout cas c'est ce que je pense ! :smile:

akartit
Messages : 1424
Enregistré le : 22 sept. 2008, 22:58

Re: Homo numericus

Messagepar akartit » 16 févr. 2012, 15:14

Il faut adapter l'outil à la main et pas l'inverse (la tâche doit rester la même) : pour devisser une vis vous avez le choix entre le couteau de cuisine, le tournevis classique et l'électrique; la dernière option est plus sûre, confortable et rapide.
Personnellement j'évite toute activité adaptée plus à l'ordi qu'à l'élève.


Retourner vers « EDUCTICE (2012) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité