Expansionnisme et autres théories farfelues

Géologie
Philippe COSENTINO
Messages : 2836
Enregistré le : 11 juil. 2008, 11:17
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Nice

Expansionnisme et autres théories farfelues

Messagepar Philippe COSENTINO » 01 mars 2012, 09:07

Bonjour,

j'ai longtemps hésité avant de vous importuner avec cette question.

On voit fleurir sur la toile, et dans les médias (Arte par exemple) des argumentaire en faveur d'une expansion significative de notre planète, expansion qui expliquerait la plupart des phénomènes tectoniques.

Ces "expansionnistes" nient la convergence, ou du moins la minimisent.

Nous avons été confrontés, avec plusieurs autres membres, à un farfelu qui réinventait ainsi toute la science, mais, et c'est là que c'est inquiétant, AUSSI à un universitaire qui avançait des arguments plus solides (mais il ne m'a pas convaincu à 1%).

De plus, l'an dernier, certains élèves de mon lycée semblait "conquis" par cette théorie, suite au discours de certains conférenciers se présentant comme des "chercheurs indépendants" et populaires localement du fait de l'engouement (du moins dans ma région) pour la "géobiologie" (une monstruosité mélangeant superstitions, charlatanisme et arguments pseudo-scientifiques), mais aussi pour toutes les théories alternatives (complotistes ?).

Bref, j'y vois un problème similaire (sans en avoir l'ampleur heureusement !) à celui que nous rencontrons face au créationnisme.

Comment percevez-vous ces "théories" (hem) ? Comment nous, enseignants, devons-nous y faire face ?
Quels arguments avancer à nos élèves lorsqu'ils nous demandent pourquoi ils peuvent nous faire davantage confiance qu'à un conférencier applaudi (qui fait partie d'une "université indépendante" et qui a écrit 10 livres) ?

Georges CEULENEER
Messages : 22
Enregistré le : 07 oct. 2011, 13:38

Re: Expansionnisme et autres théories farfelues

Messagepar Georges CEULENEER » 04 mars 2012, 19:08

Bonjour,

J'ignorais que la théorie expansionniste redevenait, à ce point, au goût du jour. Question difficile, en effet, que de recommander une attitude aux enseignants (et de savoir quelle attitude adopter soi-même). Comme vous le soulignez fort bien, sans vouloir être manichéen, on peut distinguer deux sortes de promoteurs des théories qui semblent un peu hors des clous: des gens qui bafouent la méthode scientifique et ceux qui la respectent (ou du moins en apparence). Cela m'amène à faire une petite digression pour préciser ce que l'on entend par méthode scientifique. Disons simplement qu'il s'agit de toute approche basée sur des observations ou des expériences rigoureuses, si possible reproductibles ou pouvant être effectuées simultanément par plusieurs personnes indépendantes (quand il s'agit d'événement naturels uniques comme le sont chaque séisme), et bien entendu basée sur un raisonnement tout autant rigoureux et respectant les règles de la logique. En outre, la méthode scientifique implique la plus totale transparence (publication des données, des protocoles analytiques ou expérimentaux, du détail des calculs, la citation des travaux publiés sur lesquels on s'est appuyés,etc...). Vous savez tous cela, il ne s'agit, du reste que des règles de bon sens, la méthode scientifique est d'ailleurs applicable à d'autres domaines que celui de la science, je pense à la vie de tous les jours, tout simplement, dans notre société cartésienne du moins. Ce que les gens (dont de nombreux scientifiques!) réalisent moins souvent, c'est que l'on ne peut pas démontrer qu'une théorie scientifique est juste. On peut juste constater que, dans l'état actuel des connaissances, elle n'a pas été invalidée par une observation, par un test expérimental, par la découverte d'une erreur de calcul, de mesure, voire d'une faute de logique etc.... La théorie de la tectonique des plaques bénéficie actuellement de ce statut de théorie qui résiste encore et toujours à ces attaques extérieures. Son succès vient en particulier de son remarquable pouvoir prédictif: par exemple, les vitesses d'écartement des plaques ont été calculées sur des bases relativement indirectes (le magnétisme marin). On peut donc dire que les géophysiciens des années soixante ont prédit (plus que mesuré) la vitesse de dérive des plaques et ce bien avant l'existence du GPS. Les mesures GPS furent donc un test redoutable pour la théorie, test passé avec le succès que l'on sait. Pareil pour les mécanismes au foyer des tremblements de terre. La géologie régionale et l'étude de la cinématique des plaques permet de prévoir le sens de mouvement le long d'une faille, et lorsqu'un tremblement de terre survient, on peut vérifier si le déplacement fut conforme à la théorie. On peut par contre démonter aisément qu'une théorie est fausse. Strictement parlant, il suffit qu'elle ne "colle" pas avec une observation, une donnée expérimentale etc... Le modèle d'un manteau liquide sur lequel flottent les continents était une théorie scientifique à part entière qui rendait compte, au XIXième sicèle, de bon nombre d'observations rigoureuses, comme l'isostasie (les travaux d'Airy et de Pratt datent des années 1840), l'existence du volcanisme etc... Les données sismologiques que l'on a commencé à acquérir vers 1900 étaient en complète contradiction avec un manteau liquide et la théorie a été abandonnée. La théorie de l'expansionnisme est donc fausse car elle ne rend pas compte d'une observation bien établie qui est l'existence de la subduction... donc une personne adepte de l'expansionnisme mais voulant respecter la méthode scientifique n'aura d'autre solution que de démonter un à un les arguments en faveur de la subduction (pourquoi pas, mais je lui souhaite bien du courage...). Ce qui me semble important, c'est d'éviter de tomber dans le piège (vis à vis de vos élèves en particulier) de dire que la théorie de l'expansionnisme est fausse car elle semble farfelue, parce qu'on ne voit pas par quel mécanisme la terre grossirait etc... Bien entendu, c'est le premier réflexe que j'aurais moi-même, mais méfions-nous de ce type d'argument. La théorie de la dérive des continents a été tournée en ridicule parce qu'elle semblait farfelue à beaucoup d'éminents scientifiques et parce que l'on buttait sur le mécanisme (Wegener imaginait en effet que les continents seuls dérivaient par rapport au manteau et sa théorie était, strictement parlante, fausse, même si plus de 90% de ses conclusions étaient totalement correctes). Donc ce n'est pas parce qu'on a du mal à imaginer pourquoi et comment la terre enflerait que la théorie des expansionnistes peut être déclarée fausse, c'est parce qu'elle ne résiste pas à un certain nombre de tests observationnels. Si vous discutez avec une personne ayant l'esprit cartésien et qui défend cette théorie, je vous conseille de lui demander s'il accepte de la soumettre à tous les tests rigoureux possibles et imaginables. L'attitude à adopter vis à vis des gens de l'autre de nos deux catégories, ceux qui bafouent la méthode scientifique, est infiniment plus simple en théorie, infiniment plus compliquée en pratique. Soit il s'agit de charlatanisme (je veux dire que les gens savent qu'ils ont tort mais défendent une idée car ils ont trouvé cette méthode très juteuse pour se faire de l'argent, à l'instar de gourous de sectes) soit il sont sincèrement convaincus et dans ce cas leur croyance ne regarde qu'eux, je dirais même qu'elle est respectable comme toute croyance à partir du moment où on admet qu'il s'agit d'une conviction personnelle, émotive, intime, et pas de science (c'est tout le pb du débat vis à vis de l'interférence entre la religion et la géologie que vous évoquiez à propos du créationnisme). Et la difficulté vient justement du fait que les expansionnistes non scientifiques se targuent de faire de la science. Ce sont souvent d'habiles avocats de leurs idées car ils peuvent avoir une culture scientifique acquise au cours de leurs études ou lectures et savent où les théories existantes sont fragiles, ou tout simplement ce que les scientifiques ne savent pas encore ... Leur dialectique est redoutable.

Une de ces personnes m'a un jour interpellé, suite au séisme de Sumatra, de la manière suivante: "Vous scientifiques faites des choses remarquables, vous êtes à mène d'envoyer des hommes sur la lune, de maîtriser l'atome, ... et vous ne seriez pas capable de faire une chose aussi simple que de prédire la date d'un séisme malgré le fait qu'il y a des centaines d'observatoires sismologiques de par le monde? Allez, à d'autres. Si vous n'êtes pas capable de le faire, c'est bien la preuve que ce ne sont pas les processus géologiques qui déclenchent les tremblements de terre, mais l'intervention de Dieu." Répondre à ce genre de questions, qui se fait typiquement vers la fin d'un repas bien arrosé dans votre belle famille, est très ardu car les excellents arguments que l'on a sont très techniques et difficile à vulgariser pour l'assemblée, donc la tante Josette aura plus tendance à être convaincue par les arguments de Tonton Charles "Qui a quand même fait les Mines avant d'entrer au couvent des Dominicains, donc il sait de quoi il parle, alors qu'il faut bien avouer, Georges que le CNRS, c'est comme l'Ecole publique, on y rencontre tout et n'importe quoi et surtout n'importe quoi, il nous faudrait quelqu'un pour mettre de l'ordre dans tout ça!" Au cours du même repas, nous avons bien entendu évoqué le big bang, ... les scientifiques ne savent pas ce qu'il y avait avant et ce qui l'a déclenché, donc à nouveau, on fait appel à Dieu... vous avez tous eu ce genre de discussions j'imagine...

Tout cela pour vous dire de vous méfier d'une chose: c'est que vos interlocuteurs, vos élèves, doivent bien réaliser que la science n'a pas réponse à tout, et c'est normal (sinon il n'y aurait plus besoin de chercheurs, du CNRS, et tante Josette serait contente). Dans un exercice pédagogique ou de vulgarisation, il est facile d'expliquer ce que l'on sait mais il est infiniment plus compliqué d'expliquer ce que l'on ne sait pas, et, si possible, pourquoi on ne le sait pas. Mais le grand danger est là: de croire ou de laisser croire que la science est ... omnisciente, alors qu'elle est en perpétuelle construction et évolution. Dernière chose, ce qui fait aussi les choux gras des défenseurs de théories étranges, c'est que, comme vous le dites si bien, ils trouvent leur soutien dans le monde scientifique, souvent auprès de certains de nos collègues qui ont basculé vers le côté obscur.
C'est le cas du pauvre Samuel Carey qui fut un très grand scientifique, précurseur dans le domaine de la Tectonique des Plaques, mais qui fut terriblement frustré par le système. Il avait soumis un papier scientifique remarquable en 1953 qui aurait pu faire de lui l'inventeur officiel de la tectonique des plaques (honneur qui revient actuellement à d'autres scientifiques tout aussi remarquables, mais on comprend la frustration de ce géologue!). Sa réaction fut probablement de vouloir attacher son nom à une autre théorie et c'est probablement pour cela qu'il se mit à combattre ses anciennes idées et relança la théorie de l'expansionnisme dont pas mal de gens se revendiquent. A méditer.

Philippe COSENTINO
Messages : 2836
Enregistré le : 11 juil. 2008, 11:17
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Nice

Re: Expansionnisme et autres théories farfelues

Messagepar Philippe COSENTINO » 06 mars 2012, 18:14

Je vous remercie sincèrement pour votre réponse, d'autant plus que vous avez du y consacrer beaucoup de temps (au vu de sa profondeur et de sa longueur).


Retourner vers « G CEULENEER (2012) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité