magmatisme des zones de subduction

Géologie
marie-claude segui
Administrateur
Messages : 11741
Enregistré le : 24 juin 2008, 06:53
Lieu de travail ou de résidence : Académie de Toulouse
Contact :

magmatisme des zones de subduction

Messagepar marie-claude segui » 04 févr. 2012, 10:31

Bonjour,

De la croûte océanique se forme au niveau des dorsales océaniques.
La croûte continentale est soumise à l'érosion et les sédiments se retrouvent dans les océans...
Peut-on dire que de la croûte continentale se forme grâce au magmatisme des zones de subduction avec la mise en place de plutons de granitoïdes par exemple? Ou bien est-ce un épiphénomène?

Merci

Georges CEULENEER
Messages : 22
Enregistré le : 07 oct. 2011, 13:38

Re: magmatisme des zones de subduction

Messagepar Georges CEULENEER » 09 févr. 2012, 11:51

Bonjour,

Le schéma que vous proposez est correct dans les grandes lignes, la vision la plus communément partagée par la communauté est que la croûte continentale se forme dans ce que les anglo-saxons appellent la "subduction factory".

La croûte continentale a bien une composition moyenne de granodiorite (et non pas strictement parlant de granite), la granodiorite étant moins riche en feldspaths potassiques (et donc en potassium...) que le granite sensu stricto. Comme ces roches sont souvent déformées et partiellement transformées en gneiss, on parle parfois de "gneiss" gris pour évoquer la croûte continentale moyenne (gris parce qu'une granodiorite est en général plus terne qu'un beau granite à fledspaths roses).

Maintenant, beaucoup d'incertitudes demeurent concernant l'origine précise de ces granitoides: recyclage de sédiments détritiques dans la subduction factory, granitoides issus de la fusion partielle de la croûte océanique transformée en amphibolite, voire d'une partie du manteau lithosphérique altéré... Les deux hypothèses sont certainement valables mais quelle est la proportion exacte des deux sources?

Par ailleurs, on ignore toujours si le volume de croûte continentale est stable depuis l'Archéen (autant de croûte formée que de croûte détruite par érosion) ou si ce volume est toujours en train de croître.

Concernant ce qu'on appelle la croûte continentale primaire ("l'écume de la terre" popularisée par le bouquin de Claude Allègre), et dont il ne resterait plus vraiment de traces (de vieux zircons recyclés, des signatures isotopiques et des bilans géochimiques laissant supposer que cet épisode de différenciation primordiale a bien eu lieu, ....) deux grandes catégories d'hypothèses circulent dans la littérature: soit l'environnement de formation de cette croûte continentale primaire est similaire aux processus actuels opérant dans la subduction factory, mutatis mutandis (dans un environnement plus chaud de globablement 300°C, cad le manteau terrestre à l'Archéen, les roches ne fondent pas à la même profondeur et donc la minéralogie de la zone source varie, ainsi que les lois de fusion), soit cet environnement de formation est de type point chaud, la croûte continentale résultant de l'accumulation de magmas sous la lithosphère (on parle de "sous placage") au somment d'un courant ascendant du manteau, l'origine du magma étant à la fois à rechercher dans le courant mantellaire ("plume") et dans la fusion de la lithosphère (manteau + croûte) réchauffée par le "plume".


Bien amicalement.

Georges


Retourner vers « G CEULENEER (2012) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité