climats du quaternaire

climats anciens
laury
Messages : 295
Enregistré le : 29 juin 2009, 16:48
Lieu de travail ou de résidence : montpellier

climats du quaternaire

Messagepar laury » 18 nov. 2011, 19:16

La question est certainement stupide mais ma formation est plus sciences de la vie que de la Terre.
Lorsqu'on étudie l'évolution du delta 18O ou du CO2 proposée dans les manuels scolaires, on arrive au moins à retrouver une périodicité d'environ 100 000 ans. Si d'autres phénomènes que les paramètres orbitaux interviennent comment se fait-il qu'on ait une telle périodicité? En effet, la trajectoire de la Terre autour du Soleil évolue "cycliquement" ce qui nous amène à un moment donné à un refroidissement, qui augment le stockage de CO2 dans les océans ce qui amplifie le phénomène amenant à une glaciation. Mais si il y a un "taux" critique de CO2 dans l'océan qui provoque un dégazage et le réchauffement progressif, je ne comprends pas vraiment pourquoi là ça reste périodique.
J'ai l'impression de ne pas être claire du tout, mais j'espère que vous pourrez m'éclairer.

Yves GODDERIS
Messages : 11
Enregistré le : 12 oct. 2011, 10:24

Re: climats du quaternaire

Messagepar Yves GODDERIS » 21 nov. 2011, 08:55

Bonjour,

les cycles astronomiques pilotent l'évolution climatique du Quaternaire. En fait, c'est surtout l'insolation aux hautes latitudes nord qui est critique. Il faut la combinaison d'hiver doux qui autorisent l'accumulation de beaucoup de neige, et de printemps frais qui empêche la fonte de tout le couvert neigeux. Quand on combine les quatre périodes des cycles astronomiques (26000 ans pour l'obliquité, 20000 ans pour la précession, et 100 000 et 400 000 ans pour l'excentricité), on constate que ces conditions d'insolation reviennent tous les 100 000 ans. C'est ça qui impose la périodicité de l'entrée en glaciation. Par contre, le signal d'insolation seul est trop faible pour expliquer l'amplitude du signal glaciaire. On doit lui adjoindre des variations dans le cycle du carbone. On pourrait se dire que l'océan plus froid à cause des cycles orbitaux, va dissoudre plus de CO2, et donc contribuer à renforcer le refroidissement. C'estr vrai, mais cet effet est marginal (une dizaine de ppm, quand tout est pris en compte, y compris l'augmentation de salinité de l'eau liée à la croissance de la glace). Il faut prendre en compte des effets beaucoup plus importants. On pense à une fertilisation des océans par des poussières des déserts en extension pendant les maxima glaciaires ; à un arrêt de la croissance des récifs de coraux liée à la chute de niveau marin, ce qui provoque une dissolution du CO2 dans l'océan ; à la formation de "brines" très salées et chargée en CO2 au large de l'Antarctique (ce dernier phénomène pompe jusqu'à 50 ppm de CO2 et les stocke dans l'océan profond).

Il n'y a pas de taux critique de CO2 dans l'océan qui provoque un dégazage. Ce qu'il faut, c'est déstabiliser le réservoir de CO2 qui s'est accumulé dans l'océan profond pendant les épisodes glaciaires. L'océan est en effet beaucoup plus stratifié pendant un maximum glaciaire. Une reprise de la circulation océanique permet de re-mélanger, ce qui dégaze du CO2 vers l'atmosphère et provoque/amplifie la déglaciation.

Je sais pas si je réponds à votre question.


Retourner vers « Y GODDERIS (2011) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités