Déterminisme de la puberté/ durée du cycle sexuel féminin

RU 486
LaurentB
Messages : 402
Enregistré le : 12 sept. 2008, 06:43
Lieu de travail ou de résidence : tahiti

Déterminisme de la puberté/ durée du cycle sexuel féminin

Messagepar LaurentB » 14 sept. 2009, 04:06

Bonjour,

_Nous apprenons en 4ème à nos élèves que "la puberté est due à une augmentation progressive des concentrations sanguines de certaines hormones fabriquées par le cerveau; elles déclenchent le développement des testicules et des ovaires."
Ma 1ère question est donc: Quel est le déterminisme de cette augmentation des concentrations hormonales ?
Est-ce un déterminisme génétique, environnemental, la taille des gonades qui dépasse un seuil ?

_ Chez la femme, on ne peut s'empêcher de faire un rapprochement entre la durée du cycle sexuel et la durée d'une lunaison (28 jours environ).
Que peut-on y voir réellement ? La concordance de ces rythmes est-elle une trace du mode de vie de nos ancêtres, sous les étoiles ?

Merci d'avance, bonne continuation.

Etienne BAULIEU
Messages : 10
Enregistré le : 24 août 2009, 13:47

Re: Déterminisme de la puberté/ durée du cycle sexuel féminin

Messagepar Etienne BAULIEU » 01 oct. 2009, 18:39

Le déclenchement de la puberté est évidemment associé au développement et à l'activité des testicules et des ovaires, en partie déterminés par une modification de production de certaines hormones fabriquées par l'hypophyse, sous l'influence de facteurs provenant du cerveau.
Le déterminisme de la modification pubertaire est essentiellement génétique, et elle survient à un âge constitutionnellement défini.
Des circonstances environnementales peuvent modifier la date du déclenchement (par exemple souvent plus tôt dans les pays chauds), la taille des gonades n'a essentiellement rien à voir dans le processus.

Chez la femme, on a remarqué depuis toujours la coïncidence entre la durée du cycle sexuel et celle d'une lunaison : il s'agit cependant de valeurs moyennes et de toute façon on a aucune idée sur la cause originelle de cette coïncidence qui d'ailleurs n'a pas son équivalent chez les animaux (ne pas confondre avec les rythmes saisonniers dans certaines espèces).


Retourner vers « E. BAULIEU (2009) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité